Abiura: « Hauntology »

Hauntology d’Abiura est une étude approfondie et immersive de l’obscurité, de la morosité et de la beauté, formant un monde à part entière au moyen de drones obsédants et d’ambiances pesantes. L’album est un concept faisant référence au retour ou à la persistance d’éléments du passé, un néologisme qui a été inventé par le philosophe français Jacques Derrida dans Spectres de Marx, 1993. La notion a depuis été appliquée à des domaines tels que les arts visuels, la philosophie, la musique électronique, la politique, la fiction et la critique littéraire. Derrida a utilisé ce terme pour faire référence à la nature atemporelle du marxisme et à la façon dont il hante, selon lui, la société occidentale depuis l’au-delà. Dans le contexte original, cependant, l’idée manque de sens strict et, bien qu’elle soit le thème principal du livre, elle n’est pas suffisamment expliquée ou élaborée pour avoir une fonction singulière. C’est très probablement en raison de cette ambiguïté que le terme a été adopté par d’autres schémas et arts contemporains. Il a été utilisé pour la première fois dans un contexte musical par les théoriciens Simon Reynolds et Mark Fisher dans les années 2000, explorant l’idée d’un passé persistant au moyen de la disjonction temporelle, du rétrofuturisme et de la mémoire culturelle. De même, le terme est utilisé dans une optique critique, pour faire référence à la paradoxalité du postmodernisme, par exemple.

Si et quand vous retirez quelque chose de cette explication, c’est probablement l’impression qu’une fois de plus nous sommes face à un terme dont la fonction dépend entièrement de sa source et de son intention, évitant toute signification universelle acceptée, malgré l’esthétique centrale tournante et répétitive. Aujourd’hui, le projet musical Abiura, originaire de Turin, en Italie, propose sa propre explication au travers de son premier album intitulé – vous l’aurez deviné – Hauntology. Formé par et composé uniquement de Daniele Vergine de Noise Trail Immersion, l’album s’inspire des travaux philosophiques de Mark Fisher et est caractérisé par l’artiste comme étant une œuvre de « sons bourdonnants et d’échos de futurs perdus qui nous hantent depuis le passé ». Vous avez déjà des vertiges ? Parfait.

Ce penchant auditif particulier est souvent synonyme de musique concrète, un style dans lequel le matériel source utilisé pour créer le produit final est composé d’enregistrements bruts, et le résultat final est obtenu par le biais de traitements numériques, de manipulations de bandes et d’autres manigances d’effets sonores. On pourrait dire que c’est le pendant musical de l’art du collage dans le monde visuel. Le fait de pouvoir créer des œuvres fascinantes de cette manière est un excellent exemple, mais il a aussi un côté négatif, car certaines personnes considèrent ce type de recyclage créatif comme un inconvénient, ou le détestent carrément en raison de sa nature. C’est alors qu’il est important de souligner le travail d’artistes tels qu’Abiura, qui musicalement peuvent parfois entrer dans cette catégorie, mais dont tout ce que vous entendez est toujours entièrement produit par l’artiste. J’ai trouvé cet aspect fascinant en soi en écoutant Hauntology, car il y a en quelque sorte un sentiment sous-jacent de circulation et de représailles, même si c’est complètement nouveau et original.

Bien que l’ont soit personnellement mal équipée pour vivre et appréhender la nostalgie de la même manière que la plupart des gens, le sentiment de familiarité est ce qui attire dans cet album. Le morceau de trente minutes est une somme de ses parties, à savoir ses six sections, qui va et vient de manière fluide, engageant l’auditeur pendant toute sa durée. La nature obsédante de l’ambiance tonale de l’album est à la fois chaleureuse et frissonnante, très accessible et effrayante, minimale mais en quelque sorte écrasante. Et malgré la base assez lugubre qui consiste à revivre des choses qui ne sont jamais arrivées – ou plutôt qui n’arriveront jamais – il y a énormément de beauté à trouver dans les coins de Hauntology, le plus souvent cachée à la vue de tous. Répétons-le pour insister sur le fait que Hauntology n’est en fait qu’une seule chanson, mais traitera chaque section comme un morceau individuel pour donner un sens à l’ensemble.

« Abjection » prend son temps pour présenter le récit de l’album à l’auditeur, se dévoilant lentement au moyen de drones subtils et agréables à l’oreille. L’ambiance maussade a quelque chose d’extraterrestre qui s’accentue avec le deuxième segment, « Blurred Memories of a Lost Identity », qui introduit une mélodie sinistre chargée de delay pour renforcer le cadre musical établi. L’un des aspects les plus attrayants de Hauntology, et ce littéralement, est son caractère immersif, et la capacité apparemment innée d’Abiura à produire quelque chose d’aussi envoûtant, et pour ses débuts, rien de moins. L’atmosphère repose en grande partie sur la mélodie, qui passe sans effort de la mélancolie à la tristesse et vice-versa, en n’utilisant que des notes simples et longues. Les voix calmes mais réverbérantes s’infiltrent très lentement pour ajouter des nuances à la texture générale, et nous sommes ainsi indiscutablement déplacés vers « The Cage of Precorporation », la partie individuelle la plus courte de l’album, portée par des coups de batterie clairsemés mais frappants, accordés bas, que l’on souhaiterait voir durer des jours entiers, mais qui, pour une raison quelconque, ne le font pas.

Le titre contradictoire « Desperate Aim for Momentum » est le moment où l’album commence à prendre de l’élan. L’ambiance se transforme en un passage post-rock prolongé qui débouche sur « Perpetual Waves Between States of Anxiet » », qui suit le même chemin, mais d’une manière plus positive. Ici, l’accent est mis sur la psychoacoustique de l’album et l’importance de la conception sonore comme élément clé de Hauntology. La partie se poursuit par une sorte de crescendo et revient à l’esthétique lugubre mentionnée précédemment, laissant place au morceau final « The Slow Cancellation of Future ». Ce dernier segment est facilement le plus tangible des six, avec une instrumentation moins aérienne et un département d’effets moins rond. Sans devenir insupportables à aucun moment, les dernières minutes donnent lieu à une cacophonie à la limite de l’acuité, à laquelle on ne se serait peut-être pas attendu au vu de l’agréable point de départ. La fin n’est en aucun cas épouvantable, mais elle se réjouit des bords aigus et des répétitions.

Vergine a clairement une vision qu’il poursuit avec Abiura, et avec Hauntology par extension. Il n’y a pas grand-chose à redire, car l’écriture et l’instrumentation sont à la fois passionnantes et bien exécutées, la production est impeccable, et la longueur de l’album permet de le digérer et de l’apprécier d’une traite, sans la moindre tendance à la paresse. En fait, c’est probablement le seul défaut dont souffre le disque : il est trop court. Avec seulement un peu plus de trente minutes de matériel, et étant aussi fascinant qu’il l’est, il est dommage que tout s’achève si rapidement. L’arche dramatique construite non seulement sur les dynamiques individuelles, mais aussi sur l’album dans son ensemble, fait des merveilles et combat l’idée qu’il ne reste que des miettes d’une expérience totalement satisfaisante. Cependant, il y a aussi un effet secondaire positif à cela : puisque Hauntology ne s’éternise pas, mais excelle comme il le fait, nous avons tout simplement hâte d’entendre la suite de ce projet.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :