Alice Damon: « Windsong »

Entendre « Waterfall Winds » sur la compilation séminale I Am The Center de Light in the Attic, une compilation de musique new age en 2013 en a laissé beaucoup sans souffle. C’était une collection incroyable, mais les incantations sans paroles et la douce électronique d’Alice Damon ont touché un nerf particulier. Sa musique est acoustiquement légère et haletante, mais elle transmet un esprit alourdi par un monde nuageux. Sa musique est en quête de quelque chose, comme si ses exultations obsédantes pouvaient faire surgir une vérité plus profonde.

« Waterfall Winds » déjà mentionné, est toujours aussi enchanteur, avec des voix superposées créant des mélodies émouvantes qui tentent de se libérer, mais qui restent attachées au sol par l’eau courante et les passages de synthétiseurs exploratoires. « Treetop Winds » est un sanctuaire pour des expositions de piano chantantes et une mélodie vocale à la exture de gaze suspendue à des branches légères. C’est émouvant dans la mesure où l’on a l’impression que tout peut s’écrouler à tout moment, une impermanence qui s’élève avec des timbres soyeux. Ses chansons sont des lamentations obscures qui disent tant de choses sans mots. Elle donne une voix aux fantômes qui nous entourent tous.

« Blue Heron Flies » est spacieuse, sa voix s’enroulant dans l’air libre, chaque couche étant un geste spectral. Tout au long de Windsong, Damon crée ces harmonies inattendues où chaque registre est comme un petit monde à part, et lorsqu’ils se rejoignent, ils sont illuminés par la surprise. Si les parties séparées étaient isolées, elles laisseraient quand même une trace, mais le tout est bien plus grand que la somme de ses parts. 

Windsong existe là où l’espoir et la beauté sont tirés de la morosité saillante. Un air psychédélique imprègne l’album, dans les harmonies susmentionnées et dans les structures souples des chansons elles-mêmes. Le dernier morceau, le magnifique « Path to the Cave of the Bear », évite toute voix, laissant ces explorations de synthétiseurs priants et introspectifs sculpter des corridors de joyaux dans le désert où l’on se perd dans la précarité de l’être. 

Des carillons cristallins se réverbèrent sur une plaine réfléchissante, « Path to the Cave of the Bear » prenant de l’ampleur pour devenir un miroir auditif où des vagues luminescentes s’élèvent et s’effondrent comme des empires alors que le temps s’arrête. Chaque accord de la séquence s’enfonce plus profondément, ne laissant pas s’échapper vers quelque retraite céleste. Dans le monde remarquable de Damon, nous voyons notre véritable moi regarder à travers la vitre en savourant le moment où le soleil se lève à nouveau.

Je n’étais pas sûr d’entendre Windsong dans son intégralité dans une réédition correcte, mais heureusement, « Morning Trip » et « Yoga Records » ont rendu cela possible. L’attente en valait la peine. Chaque orbite successive à travers notre psyché grave ses incantations plus profondément, une vallée sombre qui ne cessera jamais de chercher la lumière. Alice Damon était spéciale et avec cette prière pour demain, Windsong révèle le passage vers un printemps éternel.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :