Marissa Nadler: « The Path Of The Clouds »

Marissa Nadler a commencé par faire de la « drak dream-folk » grâce à sa voix fantomatique enveloppée de réverbération sur des supports squelettiques. Son neuvième album étoffe son son sur un ensemble de « murder ballads » avec un léger décalague pour créer son couronnement.

Certains d’entre nous ont passé le confinement à s’adonner à de nouvelles activités – tricot, dessin, pâtisserie, visionnage de coffrets. Peut-être avez-vous été plus productifs, en commençant ce scénario ou ce roman dont vous parliez depuis des années. Marissa Nadler a fait un peu des deux. Elle a appris à jouer du piano et a regardé les rediffusions de la série documentaire « Unsolved Mysteries ». Le résultat de ses hobbies lui permet sans doute de signer le meilleur album de sa carrière.

Alors qu’elle était assise chez elle à regarder des histoires de meurtres choquants, de disparitions mystérieuses et de rencontres paranormales, la musicienne et artiste visuelle basée à Boston a commencé à remarquer des parallèles entre sa propre vie et beaucoup de celles qu’elle avait regardées sur Netflix. Non pas qu’elle se soit rendue dans les bois de la ville voisine de Salem pour y chasser les fantômes de sorcières, mais c’est là tout l’intérêt d’être un artiste et un auteur de chansons : vous pouvez vous placer (et placer vos auditeurs) dans un monde imaginaire de votre choix.

Par conséquent, ce qui n’était au départ qu’un exercice d’écriture est devenu le fondement du nouveau processus de composition de Nadler, qui a commencé à habiter les récits qui l’avaient tant fascinée à l’écran, brouillant la frontière entre réalité et fantaisie, se déplaçant librement entre passé et présent, fiction et vérité. Et, comme dans tous ses travaux précédents, depuis ses premiers enregistrements de folklore onirique teinté d’americana avec des supports acoustiques squelettiques, jusqu’à son dernier album For My Crimes, qui a mis de la chair sur les os de ces chansons, il y a un courant sombre qui contraste avec cette voix légère, une présence fantomatique qui imprègne même les plus belles chansons d’un sentiment omniprésent de malaise et de danger.

The Path Of The Clouds, autoproduit et interprété par Nadler avec un groupe de musiciens triés sur le volet, est un ensemble de chansons profondément personnelles sur l’amour, la métamorphose, le mysticisme et le meurtre. Son neuvième album solo est aussi le plus sophistiqué sur le plan mélodique et le plus audacieux sur le plan stylistique, élargissant sa palette minimaliste autrefois éthérée à une série de paysages sonores hivernaux à écran large – un cadre approprié pour des chansons qui cherchent le réconfort, le salut et la rédemption même dans les profondeurs de la dépravation.

Les chansons de Nadler ont toujours affiché ce sombre courant gothique sous-jacent, même dans le choix de ses collaborateurs (des groupes de death metal à des amis comme Sharon Van Etten et Angel Olsen) et de ses reprises, notamment une interprétation dépouillée de Solitude de Black Sabbath et son travail avec des groupes comme Xashur, Xiu Xiu, Ghost et Stephen Brodsky de Cave-In et Converge : leur version de « In The Air Tonight » est essentielle à écouter ; et l’envoûtante collaboration avec John Cale de l’année dernière, Poison / If We Make It Through The Summer.

Dans ce contexte, un nouvel album de Marissa Nadler ne sera jamais rempli de bangers optimistes. For My Crimes se vantait de proposerr une chanson titre écrite et chantée du point de vue d’un prisonnier du couloir de la mort, implorant le pardon et l’absolution. Il n’est donc pas surprenant que son dernier album s’ouvre sur une ballade gothique et meurtrière, même si elle est un peu tordue. « Bessie, Did You Make It ? » inverse l’œuvre, en créant un récit fascinant sur l’émancipation et la survie des femmes, basé sur un crime réel, tout comme la sombre « Couldn’t Have Done The Killing » : « Posez vos armes, laissez vos armes à la porte / Car vous n’en avez pas besoin, vous n’en avez plus besoin » (Lay your weapons down, leave your weapons at the door / Cause you don’t need them, you don’t need them any more).

La chanson titre « The Path Of The Clouds » trouve ses racines dans un autre crime réel, racontant l’histoire du tristement célèbre pirate de l’air D.B. Cooper, qui a disparu après avoir sauté en parachute d’un avion de ligne – le seul acte de piraterie aérienne non résolu de l’histoire de l’aviation. Mais la chanson ne parle pas seulement de sauter d’un avion, de simuler sa mort et de faire une grande sortie : c’est une méditation sur la persévérance et la transformation, un salut à la maîtrise de son destin. C’est aussi une méditation sur la persévérance et la transformation, un salut à la maîtrise de son destin. Il est aussi plus rock que tout ce que Nadler a fait auparavant (ce qui, il faut bien l’admettre, n’est pas si difficile).

Ce n’est pas que tout soit sombre. « Sometimes You Just Can’t Stay » introduit de l’humour dans les plans ingénieux des seuls évadés d’Alcatraz qui n’ont jamais été repris ou retrouvés morts, et confronte l’énigme persistante qui entoure leur histoire. Une tournure lyrique dans le refrain transforme une histoire d’évasion de prison en une chanson country humoristique et shoegazing. Pendant ce temps, une grandeur majestueuse balaie « Elegy », propulsant l’auditeur dans la stratosphère alors que les synthés tourbillonnent et s’entremêlent avec la voix de Nadler, tandis que l’apparition fantomatique d’Amber Webber de Black Mountain peut être entendue au loin comme une doublure vocale.

Bien qu’elle ait toujours été une guitariste brillante mais discrète, Nadler s’est mise au défi d’élargir sa palette ici, en expérimentant des textures synthétiques – et en travaillant avec un large éventail de collaborateurs – qui donnent à la musique un sentiment d’indépendance par rapport au temps et à l’espace. Autre changement, elle a composé la plupart des nouvelles chansons au piano plutôt qu’à sa guitare acoustique habituelle, ayant pris des leçons de piano pendant l’enfermement avec Jesse Chandler (membre de Midlake et Mercury Rev), qui apporte un piano plaintif et des bois sinueux sur l’album.

Nadler a traqué les squelettes des chansons chez elle avant de les envoyer à sa coterie de collaborateurs triés sur le volet, dont Mary Lattimore, dont le jeu de harpe hallucinatoire ajoute des couches chatoyantes à « If I Could Breathe Underwater », une envolée cinématographique au rythme palpitant et aux crochets de basse serpentins. Parmi les autres collaborateurs, citons Simon Raymonde, anciennement guitariste basse des Cocteau Twins et aujourd’hui patron de son label Bella Union, le multi-instrumentaliste Milky Burgess, ainsi que l’auteur-compositeur-interprète Emma Ruth Rundle, qui signe un solo de guitare sur Turned Into Air.

L’album a été mixé à Rhode Island par Seth Manchester, connu pour son travail avec Lingua Ignota, Battles et Lightning Bolt, où une autre dimension a été ajoutée à la beauté atmosphérique des chansons avec des larsens criards et des guitares distordues, comme celles qui ajoutent une couche glaciale de malaise à « Couldn’t Have Done The Killing ». Sur le plan vocal, une nouvelle dimension est également apparue : dépouillée de la réverbération éthérée qui était la signature de sa voix fantomatique, le mezzo-soprano céleste de Nadler affiche une immédiateté et une confiance retrouvées.

Dans ses textes, son œil d’artiste saisit les détails des histoires qu’elle tisse de la même manière qu’elle applique méticuleusement la peinture sur une toile. Il y a des musiciens pour qui le terme « artiste » semble banal – soyons honnêtes, Westlife ne joue pas dans la même cour que Radiohead et Olly Murs n’est pas Nick Cave – mais pour Marissa Nadler, c’est exactement le bon mot. En fait, c’est le seul mot. C’est une artiste au sommet de son art.

****1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :