Circuit des Yeux: « -io »

Haley Fohr n’a jamais eu peur des sujets difficiles. Son dernier disque sous le nom de Circuit des Yeux était une rumination étonnante et déroutante sur son expérience d’un événement sismique de changement de cerveau. La nature indistincte de cette expérience n’a pas réussi à atténuer les réalisations puissantes et visionnaires de Reaching For Indigo.

Entre-temps, elle a sorti son deuxième disque sous son alter ego Jackie Lynn, qui est souvent considéré, à tort, comme son débouché le plus commercial. Et si Fohr considère ce projet comme une expérience de pur divertissement, c’est un projet dont la profondeur et les particularités démentent une telle simplification. Par l’intermédiaire d’un criminel non condamné et d’un camionneur longue distance, elle explore une sorte de psychédélisme spirituel brut auquel peu de disques pop peuvent prétendre.

Pour son retour à un projet qu’elle a décrit comme étant son plus spirituel et personnel, Fohr se plonge une fois de plus dans un sujet lourd, à savoir le deuil. -io a été écrit dans la foulée de la mort d’un ami proche et partiellement en vase clos. Habituellement habituée à la collaboration, cette pratique solitaire et cette inspiration grave auraient pu amener Fohr à créer un son plus isolé que ses travaux précédents. Pourtant, le premier album, Tonglen | In Vain, est un début dramatiquement prometteur et d’une portée cinématographique caractéristique de tout ce qu’elle a enregistré.

Ces dernières années ont donné lieu à d’excellents disques inspirés par le deuil : Carrie & Lowell de Sufjan Stevens, Skeleton Tree de Nick Cave & The Bad Seeds et A Crow Looked At Me de Mount Eerie. Ce sont tous des réflexions puissantes et uniques sur la perte. Pourtant, le dernier disque de Fohr semble bien peu conventionnel en comparaison. Cela est peut-être dû en grande partie à l’absence d’un ton de deuil prédominant. Certes, d’innombrables moments sont empreints de tristesse, mais dans l’ensemble, le disque est plus profond et évoque vigoureusement les scènes chaotiques d’un esprit intérieur qui tente de concilier une finalité aussi impitoyable. Le son qui en résulte est énorme.

« Vanishing » est sorti avant le disque et ses rythmes puissants en font un choix solide pour s’initier aux complexités de -io. La pulsation funky du morceau crée un contraste troublant avec les nuances plus sombres de la chanson. Ses accroches percussives vous attirent avant que Fohr ne dévoile un appel lyrique à la perte et une foule fiévreuse d’adieux : « Fading, falling melting, thinking, disappears ».

L’album est plein de suspense, en grande partie parce qu’on ne peut jamais deviner où elle va emmener chaque composition. « The Chase », par exemple, est une vignette loufoque de voix chuchotées qui explose en un morceau vocalement puissant avant une conclusion abrupte. Comme toujours, Fohr joue magistralement avec les sens et les attentes de l’auditeur, tirant le tapis au moment opportun.

Les grooves luxuriants de « Vanishin »g contrastent fortement avec la désolation glaciale de « Walking Towards Winter ». La beauté mélodique de ce morceau est portée au-delà des simples notes de composition grâce à la voix extraordinaire de Fohr. On a beaucoup parlé de sa tessiture de quatre octaves, mais c’est surtout l’art de son exécution qui rend sa voix si exceptionnelle : « Tu sais qu’il y a une avalanche qui vit en moi, et elle est prête à se déclencher/ Je me brise quand tes doigts s’insèrent dans les miens/ Je change quand j’essaie de retenir le poids » (You know there’s an avalanche that lives inside of me, and it’s ready to flow/ I’m breaking as your fingers fit in mine/ I’m changing as I try to hold the weight), chante-t-elle sur le morceau. Le deuil vous change indubitablement, irrémédiablement. Pourtant, Fohr va plus loin que la plupart des artistes en évoquant les aspects physiques et émotionnels, ainsi que la dualité entre l’esprit et la matière.

Ailleurs, les détails choraux et orchestraux de « Sculpting The Exodus » jouent avec les tropes musicaux conventionnels de la perte et leurs liens avec la musique d’église. Pourtant, au centre de la chanson se trouve une prémisse plus tournée vers l’avenir, et donc plus pleine d’espoir : « Le signal se répète ». C’est un thème qui se répand dans « Neutron Star » et dans l’espace infini au-delà de notre humble maison. Grâce à une mélodie presque country, suivie d’une valse, Fohr emmène le morceau dans des endroits encore plus inattendus et crée quelque chose de tout à fait hors du temps. Et d’une certaine manière, ce paysage sans limites offre un étrange réconfort.

En tant que Circuit des Yeux, et sous d’autres formes, Haley Fohr est toujours en quête de quelque chose qui va bien au-delà de ce qui est familier et sûr. Avec -io, elle a créé une œuvre qui est à la fois dévastatrice et généreuse. À l’époque de la sortie de Reaching For Indigo, elle décrivait ce disque comme son magnum opus et il ne fait aucun doute qu’il restera un point d’orgue dans une carrière remarquable. Mais -io restera probablement à ses côtés, dans la grandeur cosmique.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :