Western Edges: « Dependency »

On peut dire sans se tromper que nous avons tous été assez contrariés lorsque Hood, icône de l’indé britannique, s’est séparé ou a fait une pause en 2006, mais il s’avère que ce sentiment n’était pas très clair. Depuis lors, nous avons eu une abondance de projets Hoodish, tels que le magnifique projet Bracken à orientation électronique de Chris Adams, ainsi que downpour qui l’a vu exorciser ou peut-être exercer ses démons de la drum and bass. Pendant ce temps, son frère Richard Adams s’est concentré sur le côté ambiant de l’électronique avec son magnifique projet Declining Winter, tout en créant un groupe, Memory Drawings, avec le joueur de dulcimer martelé Joel Hanson et la violoniste Sarah Kemp. Il a été fascinant d’observer la progression de leurs sons, et impossible de ne pas entendre la subtile filiation avec Hood, même si ce n’est que périodiquement dans le ton mélancolique – ou juste parce que vous voulez qu’il soit là.

Western Edges est un autre projet de Richard Adams et il n’est rien de moins que sublime. Dependency est son deuxième album sous ce nom après un Prowess en 2019, opus qui ressemblait à une série de tonalités électroniques chaudes et parfois nostalgiques.

C’est une musique avec un pied sur le dancefloor, ou en fait peut-être que le pied est à un bloc du dancefloor, et le son imprègne doucement les murs comme un battement de cœur flou. C’est de l’électronique, mélancolique, sans hâte, une sorte d’electronica lofi qui doit autant à son passé d’indie DIY qu’à la musique ambiante, où des beats flous côtoient des pads éthérés et mélancoliques. C’est le genre de musique qui vous coupe le souffle.

Par moments, elle est durable, presque post rock dans la façon dont les motifs répétitifs se construisent jusqu’à des moments extatiques cathartiques, à d’autres moments, elle semble être plus une question d’humeur avec ces doux paysages sonores évocateurs qui rappellent son prédécesseur. On peut entendre des éléments des œuvres ambiantes collectées d’Aphex Twin ou des voyages en forêt de Wolfgang Voigt comme Gas. Il y a un hypnotisme dans l’instant, dans la répétition. On dirait le reflet d’une fête – la vapeur qui existe dans l’air pendant quelques secondes avant de s’évaporer. Chaque chose a sa place pour Adams. Tout est séquentiel, tout progresse et a un sens. Il n’y a pas d’aspérités ici. La musique est séduisante. Elle vous attire.

On l’aime parce que ce n’est pas qu’une seule chose. Parfois, vous pensez qu’il s’agit d’une sorte de gueule de bois ambiante de fin de soirée post-club où le doux bruit de la techno se répercute encore dans votre corps, à d’autres moments, il s’agit d’un design sonore atmosphérique – travaillant avec la densité et l’humeur. Vous voulez le mettre dans une boîte mais vous ne pouvez pas. C’est ce qui vous pousse à continuer à revenir. C’est ainsi qu’il déroute tout en séduisant. Et qu’il vous incite àle rouver.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :