Vanishing Twin: « Ookii Gekkou »

Mélange hallucinant de plusieurs genres en un seul paysage sonore intergalactique, Ookii Gekkou est la dernière sortie du groupe expérimental londonien Vanishing Twin. 

Après s’être formé en 2015 grâce à un amour commun pour les instruments inhabituels et les vinyles vintage, Vanishing Twin a entrepris de réaliser une approche synesthésique de la musique, en combinant l’art et l’imagerie avec le son pour créer une expérience du corps entier. Leur dernier album de neuf titres, produit par Malcolm Catto (une figure de la scène groove du nord de Londres), est imprégné de nuances de jazz, de funk et d’exotisme qui s’unissent pour créer une surcharge sensorielle parfaite. À travers la folie et la turbulence de l’enfermement, Ookii Gekkou fournit un récit musical pour les expériences de vie parfois surréalistes et inhabituelles auxquelles nous nous sommes collectivement habitués au cours des 18 derniers mois. 

Le morceau d’ouverture « Big Moonlight » illustre la riche variété de sons, de rythmes et de textures que l’on retrouve tout au long de l’album. Il commence par un shuffle jazz qui tape du pied et se termine par un fondu mystique acid folk. Les paroles et les carillons fantaisistes donnent l’impression que nous sommes entrés dans un jardin magique plein de beauté naturelle, mais qui a aussi un côté sinistre et obsédant, transportant l’auditeur dans un voyage au clair de lune dans un royaume des merveilles surnaturel. 

« Phase One Million » explorera un univers funky incorporant des fusions de psychédélisme et de disco. Un riff insistant exécuté dans le style wah-wah des années 70 fournit un groove impeccable, tandis que des couches de voix harmonieuses offrent un air de tranquillité et de douceur soulfulness à la sensation générale.

« Zuum » est, de son côté, certainement l’approximation la plus proche à ce jour de ce à quoi ressemblerait un événement sur Mars, rempli de motifs rythmiques infectieux et d’instruments qui se fondent mystérieusement pour se transformer en d’autres formes toujours changeantes à mesure que le morceau progresse. Les paroles surréalistes ajoutent au ton éthéré du morceau, la chanteuse Cathy Lucas demandant « Who are we ? We are everyone », reconnaissant implicitement que toute crise existentielle doit être affrontée ensemble, en tant que race humaine unie. Ce collectivisme contraste avec la structure musicale variée du morceau qui nous emmène dans un voyage troublant, comme si nous voyagions d’une planète à l’autre dans notre quête incessante d’une solution.

Le morceau le plus expérimental de tous, « The Organism », comprend des carillons en écho, des percussions en bois, des paroles et des touches au milieu d’une large palette de sons qui réveillent l’âme. Le morceau fait référence à des questions fondamentales telles que « Qu’est-ce que cette simulation ? Et pourquoi suis-je ici ? » tout en racontant une histoire de fascination et de confusion, comme si l’entité du titre avait ouvert les yeux et découvert le monde pour la première fois, ou peut-être s’était-elle réveillée dans un monde qu’elle ne reconnaissait plus. Le rythme rapide et répétitif de la chanson et sa mélodie donnent l’impression d’un narrateur qui cherche des réponses dans un environnement inconnu, faisant ainsi allusion à l’incertitude de nos circonstances actuelles. 

La batterie latine de « In Cucina », quant à elle, évoque parfaitement l’agitation d’une atmosphère de carnaval, à la fois vibrante, audacieuse et déroutante. Ce morceau est une expérience d’écoute immersive, pleine d’émotions contrastées et de rythmes effrénés qui reflètent le flux et le reflux de nos vies. 

Concluant l’album sur une note funky, « The Lift » serz un délice énergique dont l’instrumentation robotique et électronique offre un contraste stimulant avec la chaleur de la basse et de la section rythmique. Ses thèmes reflètent le ton général de l’album avec des références aux forces de la nature, à l’exploration humaine et au questionnement existentiel de notre existence. Lucas déclare « I am a dizzy wind » et « a hurricane » et, en tant que collectif, « we are the weather », soulignant que nous sommes tous sur une route sinueuse à travers les modèles changeants de notre temps ». La dernière ligne du morceau nous encourage à « regarder la tempête droit dans les yeux » (look the storm right in the eye) pour qu’ensemble nous continuions à combattre l’adversité et à canaliser nos énergies unies dans des actes, créatifs ou non, qui rendront le monde meilleur. En exprimant de tels sentiments, Ookii Gekkou s’avère être un album pour et sur l’époque dans laquelle nous vivons, s’inspirant du meilleur de l’esprit humain.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :