New Dark Ambient for the Fall: Kloob, BlackWeald, Altus, and Ager Sonus

Alors que l’automne apporte des températures plus fraîches et des jours plus courts, les artistes de dark ambient sont occupés à sortir de nouveaux titres qui capturent le déclin cyclique de la nature ainsi que la crainte existentielle d’un autre monde.

Kloob – Parallel States

Les paysages sonores obsédants de Dani Kloob grondent et se déploient de manière discrète. Presque hypnogéniques, ces pièces sont ressenties autant qu’entendues. Alors que de longs et lents drones dominent l’avant-plan, des éléments électroacoustiques et des sons traités crépitent sur les bords. Évoluant à des échelles de temps tectoniques, chaque morceau est étonnamment riche et densément stratifié. L’un d’entre eux contient des motifs de beats qui confèrent une intensité cinématographique supplémentaire à cette offre.

BlackWeald – 90377 Sedna

Après avoir sorti un album de 11 heures ( !) en début d’année, BlackWeald s’est un peu calmé sur 90377 Sedna. Mais cet album est accompagné d’une histoire courte, d’une vidéo et d’une pochette détaillée, alors peut-être pas tant que ça. L’accent est mis ici sur l’ambiance spatiale, avec des drones sombres et chatoyants, des voix synthétiques et des murs déformés. Ces sons évoquent certainement une combinaison de machines et l’immensité de l’espace profond, avec plus qu’un peu d’horreur. La version numérique est accompagnée d’un morceau bonus de 32 minutes, « сингулярность », qui est un drone étendu et lent – peut-être pas essentiel mais néanmoins agréable.

Altus – Hypoxia

Altus (Mike Carss) prend une direction différente avec des vagues de synthétiseurs propres qui gonflent et diminuent, un peu comme les œuvres de Steve Roach et d’autres artistes électro-ambiants plus « grand public » des deux ou trois dernières décennies. Des motifs séquencés sans prétention vont et viennent en arrière-plan. Néanmoins, il y a une tension distincte dans ce travail, une anxiété ou une urgence sous-jacente qui apparaît occasionnellement dans des motifs de battements programmés ou des textures plus rugueuses. On retrouve une partie de cette tension sur « Metal Fatigue », un morceau qui associe des lavis de synthétiseurs à des statiques en ébullition. Carss a sorti plus de 50 albums sous le nom d’Altus, et Hypoxia est un bon point de départ pour explorer sa longue discographie.

Ager Sonus – Niflheim

Ager Sonus (Thomas Langewehr) est de retour avec une nouvelle excursion ambient percussive. Celle-ci se concentre également sur l’utilisation intensive de flûtes et de synthétiseurs. Visant à raconter une histoire de batailles et de mythologie nordique du 9ème siècle, les rythmes de Langewehr sont à la fois tribaux et martiaux. Les synthétiseurs, associés à des effets et des enregistrements, créent un environnement sonore complémentaire. La flûte, associée à l’utilisation occasionnelle d’instruments à cordes et de chants gutturaux, ajoute des textures primordiales granuleuses et quelques moments déchiquetés. Néanmoins, le travail de synthétiseur est lisse et stratifié dans la plupart des cas. L’ambiance n’est pas ouvertement guerrière, mais donne l’impression d’une préparation à la guerre – une petite armée se préparant au combat à la lueur des torches dans une forteresse sombre. Nous avons déjà fait des comparaisons entre Ager Sonus et Robert Rich, et ces similitudes se vérifient.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :