Biffy Clyro: « The Myth of the Happily Ever After »

Biffy Clyro a déclaré dans des interviews que leur nouvel album The Myth of the Happily Ever After est une réaction à leur précédent disque A Celebration of Endings et aux circonstances inhabituelles de sa sortie : pas de tournée mondiale victorieuse, l’album est sorti pendant une période de fermeture des événements live, avec des salles vides et des fans et artistes coincés à l’intérieur. 

Écrit et enregistré chez nous, en Écosse, au milieu de cette morosité, de cet isolement et de cet ennui, The Myth of the Happily Ever After arrive à un moment où nous sommes (en grande partie) en mesure d’avoir des perspectives beaucoup plus positives en termes de vie sociale et de voir nos groupes préférés en chair et en os. Sa sortie sera suivie d’une série retardée de concerts « underplay » à travers les îles britanniques, qui verront les Biff jouer dans des salles beaucoup plus petites que les enormo-domes qu’ils remplissent habituellement.

Avec l’imposant et changeant « Unknown Male 01 », qui passe de l’orgue et du chant choral au métal démoniaque, les attentes étaient élevées pour ce qui pourrait être considéré comme un disque bonus de Celebration of Endings de l’année dernière. Sans vouloir insister sur ce point, il semble important de contextualiser les origines de ce disque étant donné l’histoire des sorties de déclarations de Biffy (voir le tentaculaire double album Opposites en 2013). Pour faire simple, si le leader Neil et la section rythmique James et Ben Johnstone n’avaient pas été enfermés à l’intérieur, loin de la scène, nous n’aurions pas ce nouvel album entre les mains. Sur le plan lyrique, The Myth of the Happily Ever After est une capsule temporelle des étranges limbes qui ont caractérisé une grande partie des dix-huit derniers mois.

Le morceau d’ouverture « Dum Dum » nous demande de nous remémorer avec colère la réponse du gouvernement britannique à la pandémie en avril 2020, alors que les ministres et les conseillers ignoraient de manière flagrante les règles qu’ils nous imposaient à nous, les plébéiens, tandis que le nombre de morts augmentait. Le morceau ne fait pas vraiment tilt en tant qu’intro de l’album ; il est difficile de transformer la banalité froide et cruelle de la bureaucratie gouvernementale en un cri de ralliement énergisant.

Mais qu’importe le démarrage lent, le morceau suivant, « Hunger in Your Haunt », est une tempête, qui s’élance de manière urgente avec des voix de gang, des lignes de basse floues et un travail de guitare arachnéen qui donnent vie à ce disque, le trio se déchaînant contre leur confinement forcé. « C’est l’expression d’une pure frustration », déclare Neil dans un communiqué de presse. « Il y a eu des moments, l’année dernière, où j’avais envie de hurler à tue-tête. Je n’avais pas de but et je n’avais pas envie de sortir du lit pendant un certain temps, et cette chanson est un appel au réveil pour moi-même. Il faut avoir le feu au ventre, se lever et faire quelque chose, parce que personne ne va le faire pour vous. C’est comme un mantra d’auto-motivation ».

Pour l’essentiel, Neil et les frères Johnstone exploitent ce feu à travers ces onze titres. « Deniers » est un tourbillon de bruit, qui maintient le niveau d’énergie, tandis que « Separate Missions » » est une exploration du design sonore, avec une ligne principale criarde qui se réverbère, s’écoule et se replie sur elle-même. S’agit-il d’une guitare, d’un clavier, d’un violon traité, ou d’un nouvel instrument surnaturel ?

« Witch’s Cup » est un véritable point culminant, les cuivres grandiloquents et la mélodie des Beach Boys prenant le pas sur le rock, ne serait-ce que pour quelques minutes. C’est un moment de joie et de nouveauté d’un point de vue musical et c’est la pièce maîtresse de l’album. Certains morceaux ressemblent davantage à des chutes de Celebration, mais les meilleurs moments de l’album, « Witch’s Cup » » et la métamorphose de «  Unknown Male 01 » , se suffisent à eux-mêmes.

Comparé à leurs derniers albums studio, la production peut sembler un peu boueuse, les guitares n’étant pas tout à fait tranchantes avec ce tranchant de rasoir qui fait la renommée de Biffy ; mais pour en revenir à notre vieil ami nommé « contexte », il ne faut pas s’étonner qu’une grange Ayrshire convertie ne sonne pas aussi bien que des mois passés à bricoler des cadrans dans un studio de haute sécurité de Los Angeles. Alors que les derniers rugissements de «  Unknown Male 01 » annoncent la fin de l’album, « Existed «  offre le moment de légèreté désormais obligatoire qui figure sur chaque sortie de Biffy. Ils changent la formule en troquant les cordes pour une programmation staccato, des synthés inquiétants et un refrain final aboyé, trouvant ainsi une nouvelle niche dans l’œuvre des ballades de Biffy. « Slurpy Slurpy Sleep Sleep » poursuit cette expérimentation, avec des voix multipistes et des synthétiseurs à ondes carrées pour une conclusion expansive et aventureuse de l’album, qui fait écho à la conclusion progressive de « Cop Syrup » dans A Celebration of Endings. Un chœur céleste de Simons en couches numériques nous exhorte à « Ne gaspillez pas votre vie, aimez tout le monde » (Don’t waste your life, love everybody) avant qu’une frénésie rythmique propre à Biffy ne vienne mettre un terme à l’album.

Bien que The Myth of the Happily Ever After ne représente pas un nouveau sommet créatif pour Biffy Clyro, c’est un album solide et parfois captivant, avec des arrangements merveilleux qui orientent le groupe dans de nouvelles directions. Ce qui, compte tenu du contexte de l’album et de sa raison d’être (à savoir combattre l’ennui et l’inertie), justifie amplement sa sortie. Un compagnon de A Celebration of Endings, un troisième album en trois ans et un cadeau à leurs fans impatients qui n’ont pas pu les suivre en personne pendant si longtemps, avec seulement quelques chansons inessentielles ? On peut leur pardonner ça.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :