Black Tape For a Blue Girl: « The Cleft Serpent »

Remerciez qui vous voulez pour Sam Rosenthal. Auteur-compositeur, concepteur de sons et propriétaire de label, il fait tourner son groupe Black Tape For a Blue Girl depuis trente-cinq ans maintenant, connaissant des moments de grande renommée et d’obscurité, mais ne reculant jamais devant sa vision. Bien qu’il ait longtemps été associé à la scène gothique (une désignation qu’il a adoptée, même s’il s’en tient légèrement à l’écart), BTFABG ne s’assoit pas confortablement sur une chaise, sauf celle de « réalisateur ». L’esthétique de Rosenthal est personnelle, tant dans sa conception que dans son contenu. Il trace sa propre voie sans tenir compte des tendances ou de la mode, et il est toujours profondément émotif. Il crée l’une des expressions de soi les plus pures de la planète.

C’est aussi vrai pour son dernier album The Cleft Serpent que pour tous ses autres disques. Rejoint par ses nouveaux compagnons de groupe, Jon DeRosa au chant et Henrik Meierkord au violoncelle (est-ce la première fois qu’il n’a pas de compagnons féminins ?), Rosenthal peint un paysage élégant, quoique sombre, avec des claviers et de l’électronique soigneusement déployés, évitant les percussions. S’inspirant plus – beaucoup plus – des quatuors à cordes, du minimalisme et de la chanson d’art que du rock gothique et de la darkwave auxquels le groupe est associé, les chansons dérivent comme des feuilles à la surface d’un lac – colorées, hypnotiques, et une fois que l’on y prête attention, on ne peut plus s’en détacher jusqu’à ce qu’elles disparaissent. Cela convient parfaitement aux paroles, qui s’attardent sur ce qui semble être un amour contrarié, peut-être même toxique, condamné à être brisé, vie après vie, par l’interférence de forces obscures. « The Trickster » et la chanson titre montrent clairement que quelque chose ou quelqu’un ne laissera pas ces amoureux se reposer, quelle que soit l’époque à laquelle ils se trouvent. Lorsque nous arrivons à « So Tired of Our History » et à « I’m the One Who Loses », un morceau épuisant sur le plan émotionnel, nous sommes presque aussi épuisés spirituellement que les protagonistes.

C’est le genre de musique qui pourrait devenir envahissante entre de mauvaises mains, un voyage lugubre vers nulle part. Mais Rosenthal conduit toujours ses thèmes désespérés avec une véritable puissance émotionnelle, sans jamais tomber dans le mélodrame ou le misérabilisme. Le charme est particulièrement puissant cette fois-ci grâce aux bons collaborateurs – le violoncelle de Meierkord ajoute des textures éthérées qui donnent de la profondeur à la musique, tandis que DeRosa chante tout avec un équilibre parfait entre l’expression du cœur sur la main et une dignité majestueuse. « Pourquoi nous battons-nous, aimons-nous et mourons-nous ? » (Why do we fight and love and die?), chantonne-t-il avec simplicité dans « To Touch the Milky Way », tout en connaissant déjà la réponse. Avec ces partenaires artistiques, Rosenthal a créé, avec The Cleft Serpent, une autre méditation bien pensée et indéniablement sincère sur la recherche futile de l’amour et sur les raisons pour lesquelles il vaut la peine de le poursuivre.

***1/2

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :