Ministry: « Moral Hygiene »

Peu de groupes savent faire une déclaration comme Ministry en est capable, tant le combo a longtemps brandi des principes d’antifascisme, de dégoût de la corruption politique et de croyance en l’égalité des droits. Compte tenu de leur longue histoire de pionniers du métal industriel et de la tempête de 2020, il était évident que le membre fondateur et frontman Al Jourgensen allait bientôt prendre le micro pour raconter les dix-huit derniers mois. Avec des riffs cinglants et agressifs, Moral Hygiene déchire les décombres et la dévastation d’un monde brisé pour faire une déclaration tout en affirmant l’héritage de Ministry dans le métal industriel. 

On retrouve sur l’album un certain nombre de voix familières aux côtés du légendaire Jourgensen, même si elles ne sont pas toujours présentes dans les chansons. « Moral Hygiene » est rempli à ras bord de voix off, des fragments distants de politiciens et de présentateurs de journaux télévisés coupant à travers le front électronique dur. La plus remarquable d’entre elles est peut-être la poliment nommée « Disinformation », qui reprend un certain nombre de voix emblématiques (ou tristement célèbres) de l’année dernière – comme si quelqu’un pouvait oublier l’intonation précise de l’expression fake news » Si certaines déclarations sont clairement audibles, d’autres semblent mourir avant d’avoir fait surface, comme le début statique de « Good Trouble ». La cohérence de l’intégration de cet élément tout au long de l’album lie vraiment Moral Hygiene, et reflète le flux constant des informations 24/7 avec une précision troublante. De même, un certain nombre d’artistes invités s’intègrent parfaitement à l’album, notamment Arabian Prince (N.W.A.), Jello Biafra (Dead Kennedys) et le virtuose de la guitare Billy Morrison (Billy Idol, Royal Machines).

A aucun moment l’auditeur ne se sent enclin à remettre en question la force de Ministry alors que le groupe entre dans sa quatrième décennie. Jourgensen a entamé une lente marche vers la soixantaine, mais rien dans la performance vocale inébranlable ou l’intensité constante ne permet de douter de ses compétences. Il fait preuve d’une grande variété de talents sur Moral Hygiene, y compris un retour en arrière à son style vocal antérieur sur « Believe Me ». Le reste du groupe marche parfaitement dans la lignée de son leader, avec un clin d’œil particulier au batteur Roy Mayorga qui ponctue les cordes et les éléments électroniques avec un flair percussif précis et guide les tempos variés avec aisance.

Certains morceaux mettent le feu aux poudres, comme l’accroche brillante et les lignes de basse chaleureuses de « Sabotage is Sex », tandis que d’autres prennent un chemin plus sinistre et sinueux. « Search and Destroy (reprise des Stooges) est une démonstration du genre le plus sombre. Cette polyvalence de Moral Hygiene et son côté métallique inébranlable sont deux facteurs qui contribuent à sa pérennité, même si les composants industriels ne sont pas particulièrement exploratoires. L’ensemble de l’album semble s’inscrire confortablement dans la lignée des travaux antérieurs de Ministry sans servir aux auditeurs des accords rabâchés, mais ne se révèle pas non plus terriblement inventif. Ce sont des moments comme la catharsis et l’envie de crier avec le refrain retentissant de « Sabotage is Sex » qui maintiennent l’engagement de l’auditeur à son maximum, plein d’enthousiasme et de vigueur. 

Bien que l’ensemble de l’album soit une déclaration forte à la fois dans son contenu lyrique et dans son ton (peut-être jusqu’à l’abandon de la subtilité), il prend un tournant nettement plus sombre dans la dernière moitié. « We Shall Resist » se traîne, traînant sa mélodie sur une épave en feu à chaque ligne râpeuse, assourdissant les instruments sous une mer d’ambiance industrielle pure. Il y a quelque chose d’obsédant dans ce morceau, la sensation que quelque chose est éteint », mais cela fait sans aucun doute partie de sa conception en tant que cri de ralliement. Son précurseur, « Broken System », commence lentement, laissant entrevoir à l’auditeur ce qui l’attend, alors que des cordes se réverbèrent sur des percussions qui montent lentement. Le couplet d’ouverture offre certaines des voix les plus éclatées de Jourgensen jusqu’à présent, et les cymbales croustillantes servent de complément parfait à ses rugissements tourmentés. Le morceau de clôture, « Death Toll », est le plus sobre de tous, un dernier clin d’œil aux impacts de COVID-19 et aux restes fumants d’autres troubles, alors que les décès s’accumulent jusqu’à ce jour.  

Parmi les nombreux thèmes d’actualité de Moral Hygiene, c’e sera la voix disparate sur « Alert Level » qui le résumera le mieux : l’avenir est sombre, certes mais il est loin de l’être pour métal industriel, tant que Ministry est toujours au menu.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :