Pink Turns Blue: « Tainted »

Né d’un monde en déclin et en voie d’autodestruction, Tainted est le nouvel album du groupe post-punk/darkwave allemand Pink Turns Blue. Créé au cours d’une année de confinement qui a offert des preuves supplémentaires de la négligence de l’homme ou du moment où le monde naturel a pris sa revanche, l’album offre une collection de morceaux irrités et angoissés par l’apathie ou la cupidité qui ne font pas grand-chose pour changer la destination apocalyptique de ce monde. De même, beaucoup ont une intimité qui peut être embrassée sur l’expérience personnelle de chacun, les ombres et les drames ; tout cela va faire l’une des rencontres les plus passionnantes de l’année.  

Né en 1985 sous la forme d’un duo composé de Mic Jogwer et Thomas Elbern, Pink Turns Blue s’inspire de groupes tels que The Chameleons, Clan of Xymox et The Cure. Depuis, le groupe a sorti onze albums et son son a évolué, tout comme la composition du groupe, Tainted étant le résultat de l’invention commune de Jogwer (chant, guitare), Reubi Walter (basse, claviers) et Paul Richter (batterie). Depuis ses débuts et son souffle new wave et post punk des années 80, le groupe a puisé musicalement dans d’autres saveurs sans perdre son agilité apparemment presque sans effort à créer des propositions accrocheuses depuis les ombres les plus sombres. Tainted tisse des essences rappelant des artistes tels que The Sound, Interpol, Joy Division, The Callas et Holograms dans sa complainte mais ne fait que forger une implication riche et fraîche de l’unicité reconnaissable de Pink Turns Blue.

L’album s’ouvre sur le nouveau « single », « Not Even Trying », un titre qui, tant sur le plan émotionnel que sur le plan des paroles, s’inscrit dans le droit fil du thème susmentionné. A partir d’une intimation mélodique, la basse de Walter lance sa ligne ténébreuse, le premier de nombreux appâts délicieux pour cet appétit à travers la sortie et un rapidement rejoint par les tons tout aussi subtiles et convaincants de Jogwer. Vous pouvez déjà sentir, presque goûter l’angoisse et le dédain dans les pensées et le souffle du groupe, les soupirs mélancoliques des touches tout aussi puissants dans cet air. Et pourtant, tout cela est irrésistiblement contagieux, la démarche de la chanson étant à la fois broyeuse et vivante et remuant le corps et les émotions avec facilité.

Le début époustouflant de l’album est suivi de près par l’exploration émotionnelle et sonore de « There Must Be So Much More ». Comme la plupart des morceaux, il est lui aussi le produit et le véhicule de l’exaspération et du chagrin. Comme tous les autres, il sollicite les sens tout au long de l’album ; sa dextérité rythmique, sa manipulation pure et son drame mélodique à travers la guitare et les claviers, une fusion évolutive de calme perturbé et de tempête provocante.

Avec « I’ll Never Give Up « et sa contagion pop sombre et déchirante, tout comme sur « So Why Not Save The World », un morceau de new wave tout aussi viral, l’album n’a fait que s’enfoncer plus profondément dans la passion et la psyché, les deux morceaux étant d’une pure beauté infectieuse au sein d’une élégie tempétueuse, le dernier portant un grand air anglais moderne, tandis que « I’m Gonna Hold You » a fourni une sérénade passionnée sur une autre orchestration rythmique irrésistible alignée sur un cœur ardent.

Il est juste de dire qu’il ne s’est pas écoulé une seconde sans que notre captivation ne s’intensifie, la mélancolie imprégnée de « It Fades Away » et « Never Give Up « par sa rumination évocatrice, tout en apportant un nouveau drame et un nouvel aspect à la sortie, a captivé l’imagination ; la radiance presque semblable à un bourdon de la seconde résume l’artisanat et la nature addictive de Tainted dans son ensemble.

Bien qu’il s’agisse, comme nous l’avons dit, d’un disque qui puise ses racines dans les profondeurs les plus sombres de la négligence et des attitudes de l’homme, l’espoir et la lumière jaillissent également tout au long de l’album, « Summertime » et « Brave New World » étant des rappels et une motivation, les deux chansons appelant de l’ombre à impliquer les émotions dans un ravissement inspiré.

Tainted se termine sur « You Still Mean Too Much To Me », un titre-phare dans la mesure où il contient tout ce qu’il y a d’irrésistible dans l’album en un seul et même plaidoyer addictif. C’est aussi une toile de ralliement créative, lancinante et incessante, qui s’insinue dans la peau comme une infection séduisante, faisant monter le tempo des pieds, le balancement du corps et les tonalités chaleureuses de l’individu à chaque seconde. Peut-être le meilleur « single » de l’année, grâce à sa sortie il y a quelques mois, la chanson clôt l’album de manière majestueuse et nous incite à appuyer sur le bouton de lecture.

Oui, Tainted est un album post-punk/dark wave, mais c’est tout aussil’un des meilleurs albums de rock/pop qu’il vous sera donné d’entendre cette année.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :