Jerusalem In My Heart: « Qalaq »

Sur Qalaq, Jerusalem In My Heart livre un disque de bombance délibérée et d’émotion brute, des frémissements de faiblesse rencontrant le contraire de la puissance pure. Un ensemble d’éléments électroacoustiques spacieux et d’électronique aux couleurs de la mort se combine aux appels obsédants de l’arabe parlé et chanté – fournis par le fondateur Radwan Ghazi Moumneh – et l’ajout du buzuq ne fait qu’ajouter à son atmosphère incertaine.

Un collaborateur différent apparaît sur chaque morceau. Moor Mother, Tim Hecker, Lucrecia Dalt, Greg Fox, Alanis Obomsawin et Rabih Beaini sont tous des artistes invités, mais ce n’est pas un disque décousu. Le disque a été poli et semble complet, mince et bien entretenu. Les sections parlées sont plus vulnérables, à découvert et attendant d’être abattues, et la livraison est un facteur décisif à cet égard, tandis que les sections chantées retrouvent une confiance intérieure. Qalaq est un mot arabe, et Moumneh a voulu qu’il reflète une « profonde inquiétude ». Pas seulement à un niveau personnel ou local, mais à l’échelle planétaire. Moumneh évoque aussi spécifiquement les problèmes du Liban et de sa capitale, Beyrouth, avec « l’effondrement de sa politique intérieure, de son économie et de ses infrastructures, ses pays voisins et sa géopolitique tragique ». La violence a blessé et marqué sa topographie, et les sections chantées crient leur douleur, s’unissant dans le deuil tout en sonnant incroyablement soul.

Sur la deuxième face, les morceaux portent tous le même nom : « Qalaq ». Il représente « le degré auquel la violence complexe du Liban et du Levant a atteint ces deux dernières années, de l’échec complet et total de l’État libanais sectaire qui a conduit l’économie à un arrêt brutal, à sa gestion désastreuse de l’afflux de migrants en provenance des États défaillants voisins, à la corruption endémique qui a conduit à l’explosion du port en août 2020, au dernier chapitre de l’effacement palestinien et à une nouvelle campagne de bombardement brutalement asymétrique et disproportionnée sur Gaza ».

La rage est perceptible dans le rythme électrisant du buzuq (luth oriental), et les percussions propulsives alignées dans des positions qui encouragent le conflit et la guerre. Il ne reflète pas seulement la turbulence de la région, utilisant la musique comme un vaisseau créatif pour canaliser les troubles et faire une déclaration, mais c’est aussi un exutoire et un déchaînement, dénonçant la folie du monde. Les sections frénétiques, où la musique s’enfonce dans les sonorités délibérément racoleuses de l’expérimentalisme, témoignent de la décadence de la région, la musique et le pays étant entraînés dans un trou noir dont on ne peut s’échapper. Le degré de dissonance est élevé, même lorsque les notes elles-mêmes ne le sont pas, ce qui fait de Qalaq une musique vitale pour les temps désespérés.

Le tremblement d’une inquiétude incessante se répercute dans ses tonalités éparses et dans les tambours bombardés, un assaut sur les sens mais aussi une indication des niveaux actuels de souffrance, une infection qui dépasse les frontières, un fléau de destruction et de mort, une pandémie qui a ses pieds dans le monde antique, mais qui n’a jamais disparu ni vu son appétit rassasié. Jerusalem In My Heart s’élève de la fumée et des flammes, et a produit un album étonnant. Il comprend également une image de couverture appropriée de la photographe Myriam Boulous, prise pendant la révolution d’octobre de Beyrouth en 2019, et la pochette intérieure contient des photographies de Tony Elieh, couvrant l’explosion du port de Beyrouth et renforçant encore une inquiétude grandissante ; Qalaq en est son titre.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :