Naaljos Ljom: « Naaljos Ljom »

Parfois, les musiciens expérimentent et tordent le matériel musical au point de le faire sonner tout à fait différemment. Le duo norvégien Naaljos Ljom – le guitariste Anders S. Hana et le joueur de synthétiseur Morten Joh, tous deux connus des groupes bruitistes MoHa ! et Ultralyd, a mis au point un nouveau concept : la musique de danse électronique microtonale norvégienne traditionnelle, ar acid folk. Cet album est le troisième d’une série de projets initiés par Motvind Records, Perspektiv på norsk folkemusikk, visant à offrir une large sélection d’expressions du riche héritage de la musique folklorique norvégienne, qui, espérons-le, inspirera d’autres écoutes et réflexions.

Les transformations que Naaljos Ljom opère sur les tons et les rythmes de la musique folklorique norvégienne sont en grande partie identiques aux originaux et s’inspirent du travail du compositeur et théoricien de la musique norvégien Eivind Groven et de sa façon de construire des instruments à tempérament égal. Mais le résultat sonore est filé dans une atmosphère de science-fiction et de futurisme et accueille de nouveaux auditeurs dans la chaleur de la tradition de la musique folklorique norvégienne.

Hana et Joh ont vissé ensemble six morceaux traditionnels – cinq airs et une chanson. Hana Hana a fait un grand effort pour apprendre à la fois le langeleik, la cithare à bourdon, et la harpe à bouche, et joue de la guitare électrique modifiée avec des micro-frettes. Joh joue les mélodies et les grooves sur ses synthés analogiques vintage, et il cherche aussi à exprimer la magie, c’est-à-dire tout ce qui se trouve entre les beats, les tons et les phrases. Naaljos Ljom accueille le violoniste Hardnger Olav Christer « Laffen » Rossebø et le chanteur Kenneth Lien. L’album a été enregistré à Stavanger en 2021.

La conception fraîche de Naaljos Ljom de la musique folklorique norvégienne offre un voyage dans des vallées et des fjords imaginaires, dont beaucoup ne sont pas ceux typiquement norvégiens. Le morceau d’ouverture « Gorrlaus » et « Uppstaden » invitent l’auditeur dans un paysage de danse exotique, atmosphérique et hallucinogène avec des pulsations hypnotiques jouées par des harpes à bouche. Ces morceaux rappellent de bons souvenirs des lutins colorés des premiers albums de Gong. « Langeleikslått » et « Galne Visten » associent les mélodies nordiques froides aux danses sensuelles et vaporeuses du Moyen-Orient, tandis que le langeleik explore les sonorités en quatuor du qanun. Le violon de Rossebø ancre « Homslien » dans la tradition mais Naaljos Ljom transforme ces sons familiers avec des couches luxuriantes de synthés atmosphériques. La dernière chanson, dramatique, « En venn jeg havde meg en tid », oscille entre un hymne de deuil norvégien et un mystérieux rituel de derviches du Moyen-Orient. À ce titre,Naaljos Ljom révèle la surprenante magie sise dans la tradition toujours vivace de la musique folklorique norvégienne.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :