The Felice Brothers: « From Dreams To Dust »

Si les frères Felice – qui en sont, croyez-le ou non, à leur quinzième année d’existence, n’ont jamais rien publié de moins qu’agréable, c’est en partie parce qu’ils sont toujours à la recherche de nouvelles façons d’améliorer leur son. Leur troisième album au titre éponyme a été, vous vous en souvenez peut-être, enregistré dans un poulailler. Pour From Dreams To Dust, le groupe s’est réfugié dans une église de 1873 au nord de l’État de New York que Ian Felice a rénovée lui-même.

Il semble qu’il ait fait un excellent travail. L’acoustique danse joyeusement dans la salle et donne à l’ensemble un aspect légèrement déséquilibré sur le single irrésistiblement ludique « Jazz On The Autobahn » et sur le morceau «  To Do List » des Violent Femmes, qui sont tous deux très amusants. Mais souvent, les frères Felice sont à leur meilleur avec leurs numéros plus ballades (musicalement du moins), et le charmant « All The Way Down » remplit certainement toutes les cases à cet égard, avant que le plus intense « Money Talks » ne vous entraîne avec une voix parlée à peine perceptible qui pourrait aussi bien avoir été posée par Dark Vador. Finalement, même ce morceau se transforme en une chanson joyeuse et festive dans son refrain avant de se terminer aussi sinistrement qu’il a commencé.

« Be At Rest » semble être la vision qu’a Ian de son propre éloge funèbre. C’est un morceau de spoken word hilarant et d’une beauté poignante qui pourrait bien être le meilleur morceau de l’album. « M. Felice, 1,80 m, 45 kg, dents molles, manque de sommeil, étudiant sous la moyenne. Propriétaire de deux costumes mal ajustés, porteur de vêtements usagés, souvent tiède et renfermé, peignoir souvent mal attaché » (Mr Felice, six-foot-tall, a hundred and forty-eight pounds, soft teeth, sleep-deprived, below-average student. Owner of two ill-fitting suits, wearer of hand-me-downs, often lukewarm and withdrawn, bathrobe often loosely tied) vous voyez l’idée, pleine d’humour incisif et d’autodérision. On ne peut s’empêcher d’applaudir.

Une autre introspection est livrée sur « Inferno », évoquant une sortie au cinéma en tant qu’adolescents pour voir Fight Club qui afficherait complet « alors on est allé voir Inferno à la place ». Tout est raconté avec des yeux nostalgiques – « Qui se bat sur les rives du Rio Grande ? Jean Claude Van Damme » (Who’s that fighting on the banks of the Rio Grande? Jean Claude Van Damme ). Les frères Felice ont quelque chose de très attachant : ils romancent le passé, qu’il soit bon ou mauvais, car, avouons-le, beaucoup d’entre nous le font.

L’inclusion de Jesske Humme (qui fait partie du groupe depuis Undress en 2019) semble orienter le groupe dans de nouvelles directions et il y a sans aucun doute des touches de son ancien groupe Bright Eyes sur des morceaux comme « Silverfish », tandis que « Blow Him Apart » est un titre beaucoup plus jazz, tout en brosses douces et en guitare country larmoyante, qui rappelle Dylan dans sa période de résurgence post-1997.

Dans l’ensemble, c’est encore un album captivant des New-Yorkais et ici, ils commencent à ressembler à de vieux amis favoris qui viennent d’arriver sur le pas de votre porte mais qui veulent parler de la mort. Malgré cela, on s’amuse toujours autant avec eux, et on souhaite que cela continue.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :