Lawrence English: « A Mirror Holds The Sky »

Pour sa dernière épopée, le compositeur Lawrence English a évité tout ce qui est faabriqué par une main humaine et a choisi de tisser une série de morceaux à partir de sons enregistrés pendant une période passée en Amazonie.

Plutôt que de poser un enregistreur et de lui permettre de capter tout ce qui se passe et de le libérer, il a sélectionné, parmi cinquante heures de matériel, de créer des pièces autonomes qui mettent en valeur une certaine créature, ou une certaine ambiance qui est compensée par une toile de fond chargée de sons immersifs, ces sons plaçant l’auditeur au cœur de la jungle.

Réparti en sept sections sur A Mirror Holds The Sky, l’auditeur est submergé par des oiseaux inconnus et le bruissement latent des insectes. Des rythmes accidentels sont brièvement capturés et interagissent les uns avec les autres avant de disparaître en toile de fond. On a l’impression d’un lent mouvement panoramique et avant à travers la jungle, la direction du son changeant constamment et la variété et l’intensité augmentant et diminuant. Par moments, on a l’impression d’une cacophonie libre, d’une composition de joueurs mystérieux juxtaposés pour un effet maximal, jouant tous à fond sans se rendre compte de leur place dans le grand plan de Lawrence.

Un drone sinueux les accompagne presque constamment, se déplaçant subrepticement, un véritable fourmillement de sons, l’air rempli et vibrant. Il pourrait s’agir de coups frappés sur le flanc d’un bateau ou d’un afflux de crapauds qui ressemblent à quelqu’un jouant des woodblocks. La toile de fond pérenne monte et descend, son intensité donnant l’impression qu’on la dirige. Ces différents aspects d’un habitat aussi diversifié sont fascinants à écouter chez soi et, sur une piste, le son d’un orage traversant la jungle et entraînant des trombes d’eau dans son sillage vous aide à apprécier le fait d’être bien au sec à l’intérieur.

Il est étrange de constater que certains des sons sont presque synthétiques en raison de notre manque de familiarité, je n’ai jamais entendu un dauphin bota rosa ni un piha hurlant, et le fait que ces sons exotiques soient transportés dans ma propre maison, puis superposés à d’autres et construits dans un paysage sonore animé dépasse mes attentes. Les compétences de Lawrence en la matière sont impressionnantes et sa capacité à injecter un son particulier que l’on considère comme une constante, puis à le retirer progressivement pour laisser un vide notable est formidable. Cette sculpture complexe pour produire un flux diversifié mais constant témoigne de son amour pour le matériau et de son désir de créer un fac-similé idéal.

Si voyager en Amazonie vous semble un effort trop important, mais que vous aimez l’idée d’expérimenter la production sonore de cet endroit extraordinaire, A Mirror Holds The Sky est parfait. Chaque foyer devrait en avoir un exemplaire, juste pour montrer à quel point le monde est vraiment diversifié.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :