Eric Bibb: « Dear America »

On ne sait ce qu’il en est des lecteurs, vous, mais il ne n’est pas interdit d’odorer le fait que des genres musicaux démodés sont remis au goût du jour et gagnent en popularité auprès d’une nouvelle génération. Nous avons déjà assisté à la résurgence du prog, longtemps considéré comme un genre dinosaure ou outrageusement pompeux, suivie de près par la résurrection de l’album conceptuel, qui avait été résumé comme étant comme anathème pendant plusieurs années avant qu’Ayreon et d’autres ne lui insufflent une nouvelle vie. Mais à quand remonte la dernière fois que vous avez entendu un « protest album » à part entière ?

À l’époque de Woodstock, des artistes tels que Woody Guthrie ont mené des campagnes contre la guerre du Viêt Nam, tandis que les hippies ont insufflé de l’amour et des fleurs à tous les sujets de dissidence. Aujourd’hui, le maître du blues-folk acoustique, le New-Yorkais Eric Bibb, publie, à l’aube de son 70e anniversaire, une diatribe douce mais sincère. Ses cibles sont la ségrégation raciale, la maltraitance des femmes, la corruption juridique et la détérioration sociale de sa nation bien-aimée : « Chère Amérique », entonne-t-il, « mon nom fait partie du tien » (Dear America…. my name’s a part of yours.) Son style acoustique dépouillé en fingerpicking permet aux paroles de respirer et de faire mouche, tandis qu’une liste d’invités ajoute de la variation et de la texture à cet album de 50 minutes.

Il choisit toutefois judicieusement de commencer par une joyeuse célébration de la vie, « Whole Lotta Lovin », avec le contrebassiste acoustique Ron Carter, un vétéran de plus de 80 ans. Subtil et entraînant, heureux et reconnaissant, Bibb insère même un petit rire spontané vers la fin. Après cela, la jeune chanteuse de gospel Shaneeka Simon fait un duo sur « Born Of A Woman », un commentaire social provocateur déplorant la vulnérabilité des femmes face à la violence domestique et leur manque relatif de protection par la loi.

« Whole World’s Got The Blues » se présente comme un blues à la chaîne, commençant par une citation de Martin Luther King, suivie d’une complainte générale sur l’état global des choses, avec la guitare électrique de l’excellent Eric Gales. Le titre « Dear America », quant à lui, met l’accent sur les États-Unis, qui se présentent comme le bastion du monde libre, mais ne protègent pas leurs propres citoyens contre l’oppression et la persécution.

« Different Picture » se réfère à des incidents spécifiques de l’agitation sociale à Los Angeles et à Chicago, et présente un excellent solo de rock distordu sur une guitare pedal steel de Chuck Campbell. Ilsera suivi par le picking faussement jovial de « Tell Yourself », qui révèle encore plus de souffrance sociale – mais le numéro le plus percutant est probablement « Emmett’s Ghost », toujours avec le bassiste Ron Carter. Il raconte le choc et l’horreur que Bibb a ressentis en apprenant le meurtre horrible d’un garçon noir de 14 ans, Emmet Till, à Money, Mississippi, en 1955. Cet événement, et le fait que les assassins de Till aient été libérés, reste une tache macabre dans l’histoire des États-Unis et est à juste titre mis en évidence par tout projet sur le racisme. Bibb avait quatre ans à l’époque du crime, vivait dans un autre État et n’avait aucun lien avec la famille, mais il est évident que cet événement le touche encore aujourd’hui.

Suit une piste intitulée « White And Black », cette fois en 3-4, dans laquelle Bibb lève les mains et admet que nous sommes tous sujets à ce genre d’endoctrinement qui nous fait juger les gens au premier coup d’œil, simplement à cause de leur apparence. Nous avons ensuite droit à un soulagement bienvenu avec un numéro optimiste et joyeux intitulé « Along The Way, » qui exhorte les gens à progresser, à faire ce qu’ils peuvent et à avancer dans leur vie.

Jusqu’à présent, le blues n’a pas été très présent dans le commentaire folklorique, mais le numéro suivant introduit une ambiance de blues ferroviaire du sud profond, avec un jeu de harpe tout à fait superbe de Billy Branch, un autre virtuose octogénaire. « Talkin’ ‘Bout A Train pt.1 » commence en lo-fi vintage, puis explose au centre de la scène au deuxième couplet. Un authentique hobo blues sur un seul accord, ce rouleau compresseur a fait ma journée, en particulier la harpe de Branch qui gémit. Le morceau s’éteint un peu, comme s’ils voulaient ajouter un fade-out mais qu’ils s’étaient décidés à ne pas le faire, avant que « Talkin’ ‘Bout A Train pt.2 » n’arrive – un morceau qui n’a apparemment aucun rapport, c’est un morceau jazzy et funky avec des coups de corne, des chœurs féminins superbes et fluides, et une batterie groovy. Il offre un son beaucoup plus complet que tout ce qui a été fait jusqu’à ce point, mais le numéro suivant est la première véritable expérience de groupe complet, avec le bassiste électrique Tommy Sims et l’organiste Glen Scott, qui a également produit l’album primé de Bibb en 2013, Jericho Road. Stevie Wonder et Jamiroquai sont les références évidentes ici, puis l’ambiance minimale et acoustique est restaurée avec la dernière chanson, la câline « One-ness Of Love », avec des voix plus gospel de Lisa Mills.

Le style fingerpicking de Bibb est clair, mélodieux et impeccable, et sa voix douce et fumante est une joie. Les musiciens de cet ensemble sont formidables, et la production est sans égale, mais bien sûr, une grande partie du contenu est difficile à supporter. C’est un triste constat du monde dans lequel nous vivons qu’un vétéran respecté comme Bibb ressente encore le besoin de porter des jugements aussi sombres sur la vie moderne. Mais si un travail doit être fait, il faut bien que quelqu’un le fasse, et Eric Bibb le fait mieux que quiconque.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :