Yair Etziony: « Further Reduction »

Aucun d’entre nous n’était prêt pour ça. Séparation, détachement, décès, frénésie médiatique incessante… Nouvelle normalité ? Nous n’avons pas eu le temps d’y réfléchir, pas vraiment : tout s’est enchaîné, et tout temps de réflexion n’a fait que déclencher un nouveau niveau d’horreur lorsque nous avons pris conscience des réalités les plus dures, non seulement du présent, mais aussi de l’avenir possible. Il y a des gens et des lieux que nous ne reverrons peut-être jamais, mais le fait d’exister dans l’instant présent ne nous a laissé que peu de temps pour assimiler réellement cette perspective. Tout l’art créé au cours de cette période a été affecté par les changements que 2020 a apportés au monde, alors pourquoi le nier ? C’est ce que se demande Etziony, et c’est une question juste : même l’art qui n’a pas été spécifiquement ou directement influencé par les événements de l’année dernière aura été affecté d’une manière ou d’une autre, et l’impact psychologique d’une année de verrouillage mondial, à l’exception des amis et des parents, prendra probablement beaucoup plus de temps à se défaire vraiment.

Dans quelle mesure vous sentez-vous ajusté pour parler aux gens ou agir normalement à proximité, sur votre lieu de travail, en public, en général ? Combien d’entre nous sont désocialisés, socialement maladroits, mal à l’aise avec les autres ? Combien de personnes souffrant d’anxiété sociale ont

Et c’est ainsi que Yair Etziony a écrit Further Reduction après être rentré d’Israël à Berlin en septembre de l’année dernière. Selon ses propres mots, quelque chose en lui a « craqué » lorsqu’il a réalisé que de nombreux endroits qu’il connaissait et aimait avaient tout simplement cessé d’exister.

L’album commence par une ambiance expansive et résonnante, et se poursuit avec la même chose : Further Reduction est, ainsi, un opus construit sur des pulsations rythmiques et des flux et reflux lents. Prenez, par exemple, « Caves of Steel », qui est un travail d’ambiance, mais qui pointe vers des structures bien définies et des sons de nature solidement percussive.

Le premier morceau, « Reploicaset » ; passe d’un son clairsemé et échoique à une houle sonore pleine, progressive et lente. Il peut évoquer des scènes de vie sous les océans, comme les méduses qui pulsent dans les eaux profondes. Il y a des passages de tranquillité prolongée, mais aussi d’agitation.

De courts échantillons vocaux font écho aux vagues dans « Polar Vortex » et « Recreate and Update », et ces moments perturbent le long et lent bourdonnement sinistre de l’ensemble de l’album – bien que ce soit très positif, ajoutant de la texture et de nouvelles couches d’inquiétude alors que des tons changeant lentement tournent et se réverbèrent. Avec Service Recovery, tout a été réduit à un grattage, un bourdon qui plane et ronronne, et les dernières étapes de l’album sont sinistres, inquiétantes, et s’amenuisent jusqu’à une lente conclusion, où nous sommes laissés avec rien d’autre que le silence pour réfléchir, tout comme ces nuits sombres où la conversation s’arrête et où nous nous retrouvons seuls au monde, nous demandant précisément quelle est notre place, qui – si quelqu’un – s’en soucie, et ce qui va se passer ensuite.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :