Martha Wainwright: « Love Will Be Reborn »

Martha Wainwright n’a jamais caché qu’elle est issue de l’une des lignées musicales les plus célèbres du Canada. Elle a enregistré des chansons avec son frère Rufus et sa tante Anna McGarrigle, a repris les chansons de son père Loudon et a participé à des concerts d’hommage à sa défunte mère, Kate McGarrigle.

C’est pourquoi il n’est pas surprenant que son dernier album, Love Will Be Reborn, soit un disque à propos de et dédié à la famille – mais pas de la manière typique à laquelle les fans sont habitués. Réalisé par Pierre Marchand (qui a enregistré des albums pour son frère, sa mère et sa tante), l’album montre que Wainwright s’éloigne de ses paroles austères et confessionnelles sur l’amour et la luxure. Au lieu de cela, la musicienne montréalaise aborde les questions liées à la maternité et à la vie domestique dans des morceaux comme le frémissant et tordant « Getting Older » et le squelettique « Report Card ». Mais cela n’enlève rien à la passion de Wainwright, qui pousse sa voix fumeuse au-delà de ses limites sur la chanson-titre aventureuse et sur l’enjoué et optimiste « Hole in My Heart ».

Alors que ses précédents albums faisaient largement appel à des musiciens invités bien sélectionnés (notamment son dernier LP, Goodnight City datant de 2016), Wainwright a enregistré cet album dans le sous-sol de son café montréalais, Ursa, avec un groupe comprenant Josh Cole de l’ensemble de jazz de Vancouver, October Trio, ainsi que Thom Gill et Phil Melanson des indie-poppers torontois Bernice. Cela a permis de donner à des chansons comme la surprenante « Being Right » et la mélancolique « Body and Soul » un aspect plus intime que ses précédents albums. La collaboration avec Marchand a également permis à Wainwright d’obtenir un son plus terreux, comme en témoignent la pulsation de « Middle of the Lake » , qui ouvre l’album, et la chanson «  Rainbow », qui ressemble à celle de Stevie Nicks, et qui s’oriente vers le sens du drame poussiéreux de l’alt-country.

Le morceau de clôture de l’album, « Falaise de Malaise », marque deux premières pour Martha, puisque la chanson est entièrement chantée en français et que l’accompagnement au piano marque la première fois qu’elle joue d’un instrument sur un album, sa voix planante remplissant généralement cette condition. Bien que la fin de l’album traîne en longueur à cause de chansons larmoyantes comme « Justice » et « Sometimes », Love Will Be Reborn n’en reste pas moins un album étonnamment intime et dépouillé de la part d’une personne aussi naturellement théâtrale que Martha Wainwright.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :