Lingua Ignota: « Sinner Get Ready »

Il n’y a absolument rien de réducteur à comparer la musique de Kristen Hayter (alias Lingua Ignota) à celle d’autres artistes. En fait, l’artiste a achevé une carrière universitaire prestigieuse en canalisant ses propres expériences à travers des figures allant de Jean-Sébastien Bach à Andrey Markov. C’est pourquoi il est logique de faire appel à des musiciens comme Diamanda Galás, Jarboe et Lydia Lunch pour expliquer comment Lingua Ignota livre un art aussi vulnérable de manière aussi brutale.

Lingua Ignota est prête à partager les méthodes des femmes susmentionnées pour exprimer des traumatismes réels en s’appropriant une imagerie représentative qui est souvent liée à la victimisation, comme sur son album datant de 2019, Caligula. Son quatrième opus, Sinner Get Ready, n’explore pas seulement sa propre éducation chrétienne, mais aussi le privilège de masse qu’elle est capable de répandre parmi ses adeptes, en particulier au sein de sa communauté actuelle dans la Pennsylvanie rurale. Mais, comme le montrent des morceaux comme le lyriquement dramaturgique « I Who Bend the Tall Grasses » et l’intime, sample en forme de de prière « The Sacred Linament of Judgment », l’art classique de Lingua Ignota n’est pas aussi efficace lorsque l’auditeur tente de disséquer ses dispositifs tactiles, mais semble plus émouvant lorsque tous les faux-semblants sont abandonnés et oubliés.

Au fil de neuf compositions, Lingua Ignota encadre son piano traité avec des cloches d’autel, des enregistrements de terrain, des chants, des cordes orchestrales et un style vocal opératique contrôlé, afin de canaliser un large éventail d’humeurs. Mais il n’y a rien de mercuriel dans son quatrième LP, car le lugubre et délicat « Pennsylvania Furnace » (qui décrit un homme traîné en enfer par ses chiens) et l’exceptionnellement sombre et larmoyant « Perpetual Flame of Centralia » font que Lingua Ignota ressemble plus à un témoin de l’exploitation décrite qu’à une fatalité.

Sur des morceaux comme « The Order of Spiritual Virgins », qui ouvre le disque en neuf minutes, et « Many Hands », qui est un chant funèbre à l’orgue, Lingua Ignota fonctionne sur la patience spatiale, Hayter construisant de manière experte la tension à travers les flux et reflux sonores. Cela donne lieu à une heure de musique incroyablement exploratoire, malgré l’ambiance sombre qu’elle crée tout au long de l’album, comme en témoignent l’accompagnement au banjo « Repent Now Confess Now »et la conclusion presque mélodique « The Solitary Brethren of Ephrata ».

Comme Hayter a commencé sa carrière musicale en tant que spécialiste de la musique et de l’art, elle s’assure que les paroles qui hantent son dernier album sont aussi cauchemardesques que sa musique. Sa description de l’iconographie religieuse, remplie du sang de Jésus et de la torture aux mains de ceux qui jugent, est aussi horrifiante que les paroles de doom metal les plus dépravées. Sinner Get Ready n’est rien de moins qu’un album d’une efficacité saisissante, qui ressemble plus à une incantation qu’à une simple collection de chansons.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :