Beatriz Ferreyra: « Canto+ »

Les enregistrements des compositions électroniques de Beatriz Ferreyra ont historiquement été difficiles à trouver, mais dernièrement, sa musique a commencé à atteindre un public plus large. En 2015, le travail de Ferreyra avec l’organisation pionnière de la musique concrète, le Groupe de Recherches Musicales (GRM), a été présenté sur un disque rétrospectif de Recollection GRM, apportant une nouvelle attention à sa pratique. En 2020, Echoes+ – un disque de Room40 centré sur la recherche d’un sens à la mortalité – a propulsé sa musique sur le devant de la scène, tout comme un album de Persistence of Sound de 2020 intitulé Huellas Entreveradas. Canto+, un autre disque de Room40, est le suivant, présentant un éventail éclectique de pièces issues des quatre dernières décennies de la longue carrière de Ferreyra. L’album de cinq titres est court et agréable, offrant un aperçu rapide et complet de l’éventail de la musique de Ferreyra.

Les compositions de Ferreyra ne s’appuient pas sur des motifs complexes ou des fourrés sonores denses pour captiver les auditeurs. Elle laisse plutôt les notes se dérouler à leur guise. L’intrication vient des textures qu’elle superpose et écrase – croquements et scintillements, anneaux perçants et bourdonnements flous. Canto+ réussit à réunir un mélange éclectique de sa musique, en mettant en évidence son sens de la simplicité. Certains morceaux de l’album sont percutants et futuristes, tandis que d’autres vivent dans des limbes glaciales, mais tous canalisent la capacité de Ferreyra à ralentir et à récolter les bénéfices de chaque instant.

Chaque plage de Canto+ témoigne d’une attention minutieuse aux détails : chaque rebondissement, chaque pincement et chaque bourdonnement sont placés de manière experte, et il est évident que Ferreyra est aussi à l’aise pour créer de la flottaison que de la liminalité. Dans « Étude aux sons flegmatiques », des sonneries éparses flottent dans un arrière-plan lointain tandis que des sons hantés murmurent en dessous, tandis que « Canto del Loco » ouvre l’album avec des étoiles filantes bondissantes qui ondulent sur des couches de carillons robotiques. La musique passe facilement de timbres lumineux à des rumeurs désespérées, même en quelques notes seulement.

Les sons futuristes de Ferreyra cachent également des motivations personnelles : « Jingle Bayle’s » et « Au revoir l’Ami » sont deux dédicaces à des amis proches, et Echo+ est centré sur l’histoire douloureuse de sa nièce. Cette intimité est subtile dans sa musique, mais omniprésente : ses détails méticuleux et son toucher fin donnent l’impression que sa musique est liée à une humanité plus profonde. Ferreyra travaille dans le domaine de la musique électronique depuis les années 1960 – résumer sa pratique en un seul album semble impossible. Mais Canto+ se concentre sur les parties les plus critiques de ses compositions, nous rappelant que chaque aspect de sa musique est soigné, des plus infimes aux plus philosophiques. Une approche subtile et envoûtante de l’électroacoustique texturale.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :