The Humble Seaman: « 120 5×5 »

The Humble Seaman est un nouveau projet qui réunit Bill Seaman et Craig Tattersall. Pour cedit projet, ils ont tous deux tenté de travailler d’une manière nouvelle. Quelque chose qui aurait pris beaucoup de temps – avec des réflexions, une planification préalable et un brainstorming général encore embryonnaire – a été réalisé en quelques semaines. Ils ont essayé de travailler de manière totalement opposée à ce qu’ils avaient l’habitude de faire, en travaillant aussi vite que possible et en se laissant guider par leur seule intuition musicale. De la date de début à la ligne d’arrivée, le processus entier a été un sprint, prenant quelque chose comme 2-4 semaines. Étrangement, la musique ne semble jamais précipitée. En fait, c’est plutôt le contraire.

Au cours du processus d’enregistrement, les deux musiciens ont pu faire des essais, ajouter de nouvelles couches et de nouveaux instruments là où ils le jugeaient nécessaire, sans qu’aucune barrière ni aucun obstacle ne vienne les arrêter dans leur élan. Le résultat est une musique fluide, colorée avec des teintes d’une extrême luminosité, et ancrée dans un calme profond. Elle tombe rapidement dans un rythme introverti, une série de douces ondulations se balançant sur son petit bateau. Cette sensation de repos est d’abord surprenante, mais la fluidité de la musique est encore soulignée par les noms des morceaux :  » »Breathing Waters », « Slow Tidal River », « The Hymn of Noise », qui s’apparente à une sanctification, et le morceau de clôture, « The Anthem Of Quiet ».

La musique inspire un profond niveau de sérénité, malgré les premiers éclats de staccato perturbateurs, qui s’estompent rapidement, vestiges brisés d’une œuvre plus ancienne. Ils sont capables de prendre leur temps, et en tant que tel, la musique peut marcher à un rythme plus lent. Et il n’y a aucun doute sur sa nature accomplie, lisse et bien polie. Cela pourrait être dû à son approche « dans l’instant », mais heureusement, la musique conserve toujours une part de mystère. Quand tout va bien, tout va bien, et quand le jus créatif coule à flot, rien ne peut l’arrêter. Quand on a le vent en poupe, les choses arrivent. Les plis sont aplanis, les ondulations sont redressées, comme si l’Univers travaillait en faveur de la musique, déroulant tout, réparant les choses en arrière-plan jusqu’à ce que tout soit comme il se doit, au bon moment. L’horloge tourne, mais tout se passe au ralenti ; quand on est dans la zone, la musique sort facilement de son espace secret, et une journée ressemble à une heure.

La musique jaillit quand elle le veut ; vous ne devriez pas avoir à forcer ce qui vient naturellement. Un délai d’exécution relativement court n’a pas vraiment d’importance – et n’est pas vraiment pertinent – lorsque la musique boit aussi profondément que cela. Cela vient naturellement. Comme un coup de foudre, c’est une connexion instantanée, et cela produit une ambiance de haut niveau.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :