Dot Allison: « Heart-Shaped Scars »

Les lecteurs d’un certain âge classeront instantanément Dot Allison aux côtés de Beth Orton comme le premier pourvoyeur de trip-hop folktronica post-club du tournant du siècle, avec ses rythmes crépusculaires et ses échantillons de vinyle craquants, sous des vocaux vaporeux pour apaiser et adoucir l’arrivée du dimanche matin. Vingt ans après son passage dans l’air du temps, et douze ans après son dernier album, Allison revient avec un disque tout aussi crépusculaire et rêveur que ses précédentes sorties, mais cette fois-ci, l’électronique a été remplacée par une guitare acoustique clairsemée, des arrangements de cordes sombres rappelant le travail de Robert Kirby pour Nick Drake, et des contre-mélodies de piano arachnéennes, gothiques et délicates, comme si elles avaient été choisies sur un montant poussiéreux dans le grenier d’une maison abandonnée des North Yorkshire Moors.

La voix d’Allison, familière, respirante et fragile, est toujours là, et l’effet de cette voix sur une instrumentation aussi éthérée est d’évoquer un sentiment de langueur nostalgique mêlé à des moments de mélancolie et d’effroi de conteur sorcier, ce qui en fait un album d’une clarté satisfaisante, sûr de s’étendre dans son propre monde sonore : plusieurs des morceaux débordent sur une sixième minute sans jamais vraiment faire quoi que ce soit, mais l’atmosphère magnifiquement endormie de l’album est telle que rien ne semble surjoué. Il y a des moments de divergence stylistique – un refrain gentiment hymnique (mais heureusement pas grandiloquent) sur le funèbre « Ghost Orchid » se rapproche doucement du territoire de la ballade de Coldplay, les strums de « Constellation » l’orientent vers le pop, et le résolument trip-hop « Love Died In Our Arms », avec sa riche orchestration pleine de propulsion et de groove, ressemble au point culminant d’un tout autre album de Dot Allison – mais dans l’ensemble, le retour d’Allison est gracieusement sobre, intime et intrigant, idéal pour la dérive après les heures de travail, même si les jours de clubbing sont passés.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :