Big Hogg: « Pageant of Beasts »

Ce groupe de Glasgow est devenu un élément incontournable de la scène musicale de la ville, collaborant régulièrement avec des compagnons de route locaux comme les membres du très regretté Trembling Bells, ainsi qu’avec des sommités de passage comme Ex Reverie (le groupe a récemment accompagné Gillian Chadwick sur son excellent opus Isobel Gowdie avec Julia Jeffries). Mélangeant avec aisance des éléments particuliers du psychisme de la côte ouest, du funk des années 70 et du folk rock britannique de Fairport, ils offrent un mélange séduisant et enivrant qui conserve aussi fortement leur propre marque unique et leur style identifiable. Les albums précédents, tels que l’éclatant premier album éponyme de 2015 et le suivant Gargoyles, ont marqué la croissance de Big Hogg en une unité qui peut joyeusement nager dans des eaux expérimentales tout en gardant un groove stable et une forte sensibilité mélodique, une capacité qui leur a valu une reconnaissance critique significative. Conçu à l’origine à la fin de l’été 2018, Pageant of Beasts consolide et élargit les précédentes sorties de BH, tant sur le plan sonore qu’en termes d’écriture, sans doute aidé par le fait d’avoir été écrit et enregistré par tout le groupe ensemble dans un studio voisin de Glasgow, puis mixé pendant le huis clos. Il y a ici un sentiment authentique et tangible de cohésion et de « verrouillage » de parties et de styles disparates ; une fusion en quelque sorte, une magie qui s’est produite avec les bons composants et les bons acteurs, au bon moment.

Le morceau d’ouverture, « Golden Beasts », est une véritable fanfare, une salve de trompette solo pour ce qui est à venir, il est convenablement royal et plein de promesses. « Here Come The Moles » sera un mélange de Funkadelic et d’une séance d’entraînement psychédélique, habilement ancrée et encadrée par la section de cuivres et une guitare tour à tour carillonnante et brûlante. La voix de Sophie Sexon se marie parfaitement avec celle de Justin Lumsden ; en fait, Big Hogg tisse une tapisserie extrêmement efficace, chaque partie et chaque joueur contribuant de façon transparente à l’image sonore. Ensuite, « Man Overboard » accentue ses penchants soul des années 70 avec une rafale de flûtes adroites, avec à nouveau un soupçon de psychisme baroque à la Nirvana ou The Left Banke. On peut entendre l’ex-Trembling Bell Lavinia Blackwell apporter sa voix distinctive, son collègue Mike Hastings apparaît également sur l’album, tout comme la multi-instrumentiste Georgia Seddon, fille de Mike Heron de The Incredible String Band. « Smoking Again » plonge dans le psycho-rock enflammé que Big Hogg peut évoquer comme s’il faisait partie intégrante de son être ; cependant, l’exécution apparemment sans effort cache une interaction d’une complexité impressionnante entre des éclats de guitare en fusion et des cuivres, comme un mélange capiteux de Kinks de l’époque Village Preservation et de TS McPhee. Suit une version vréritablement envoûtante du « Willow’s Song » de Paul Giovanni, tirée de The Wicker Man, à la fois chatoyante et envoûtante. Le groupe saisit habilement l’étrangeté inhérente à la chanson, en laissant beaucoup d’espace aux bois bucoliques et aux échos électroniques spectraux pour ajouter un côté inquiétant. « Red Rum » fait honneur à Pentangle, la contrebasse créant un contraste saisissant entre des moments d’exploration plus calmes, influencés par le jazz, et une série de descentes de cuivres et de guitares à couper le souffle.

Ensuite, l’intro à la trompette de « All Alone Stoned » mènera à une beauté réfléchie et nostalgique aux couleurs de Canterbury, ses guitares bridées et son instrumentation délicate offrant une douce nostalgie qui montre encore une autre facette de Big Hogg, avec un orgue fuzz à la Richard Sinclair. La chanson se termine par le chant « Ringtone Round » de The Quatermass Conclusion, qui ajoute un aspect inquiétant et obsédant. « Magisetellus » est une tranche scintillante et psychédélique de cosmiche doux, mais avec des éclats intermédiaires de flûte et de cuivre en clé mineure qui ajoutent un courant de tension et un drame tranquille. Toujours dans le cosmos, les synthés analogiques introduisent « Wyverns », un morceau de space rock en spirale, imprégné de prog, qui est vraiment transportant et qui flotte dans son propre univers unique et orné. Un possible point culminant de l’album, le ciel rempli d’étoiles que BH invoque ici indique certainement un coin musical qu’ils seraient les bienvenus d’explorer davantage. Les cuivres de « Bouffant Tail » et son approche libre servent de toile de fond à une curieuse poésie performative – et offrent un espace pour reprendre son souffle – avant de déboucher sur la chamber-pop laconique qu’est « Cat Fool » qui sonne déjà comme un classique intemporel, ou quelque chose que l’on pourrait dénicher dans une collection de vinyles des années 70 acclamés par la critique (le breakdown à la fin vaut à lui seul le prix de l’entrée). En conclusion de l’album, la trompette solitaire revient, clôturant le voyage (et c’est un album visuellement puissant, avec à la fois son imagerie lyrique et ses harmonies multicouches évoquant diverses époques historiques et zones géographiques, de l’Angleterre de Kevin Ayers à la côte ouest californienne de la fin des années 60/70, avec un soupçon de New York et de Chicago entre les deux).

Un retour triomphal donc et un autre bijou dans la discographie croissante de Big Hogg. Si c’est votre tasse de thé, plongez dans leurs précédents albums, vous y trouverez des trésors. Il est, en outre, magnifiquement packagé, comme pour les sorties précédentes, dans une couverture conçue et illustrée par Julia Jeffrey.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :