Dntel: « The Seas Trees See »

Le premier des deux albums de Dntel promis cette année offre un aperçu intriguant du carnet de croquis de Jimmy Tamborello pour Will Salmon.

Dans « The Lilac And The Apple », le premier titre du nouvel album de Dntel, une voix robotique entonne les premières mesures d’une chanson folk acapella inquiétante. Elle est rejointe quelques instants plus tard par les tonalités beaucoup plus humaines de Kate Wolf, l’auteur-compositeur-interprète américain qui a écrit la chanson en 1977. Les deux chanteuses – en fait les deux Wolf, traitées, vocodées et étirées dans le temps – se retrouvent en duo dans une étrange harmonie.

Ce n’est pas la première fois que le producteur Jimmy Tamborello utilise de tels effets. Son album phare de 2001, Life Is Full Of Possibilities, a également déformé et tordu la voix humaine pour obtenir un effet émotionnel souvent saisissant. Mais il y a quelque chose de particulièrement obsédant à entendre Wolf – qui est décédé en 1986 à l’âge de 44 ans – chanter sur la façon dont la vie continue, même si nous ne sommes pas là pour la voir. C’est troublant au début, mais la chanson devient plus émouvante et plus belle à chaque écoute, sa voix devenant un fantôme dans la machine.

Si The Seas Trees See culmine avec son premier morceau, le reste de l’album est encore traversé de moments de beauté tranquille dans un mode pastoral électronique similaire. Il y a une tranquillité bucolique dans le bouillonnement des synthés aquatiques de « The Seas », tandis que le désordre blanchi par le soleil de « Back Home » rappellera Four Tet. « Fall In Love » » est joyeux, une sérénade douce et timide dont le chant est déformé jusqu’à devenir presque abstrait, mais dont on perçoit toujours le sens.

Tamborello a parlé de ces morceaux comme d’une collection de croquis et cela est évident à certains endroits. Quelques-uns d’entre eux ne semblent pas complètement formés, avec le piano usé de « Movie Tears » et « What I Made », tous deux construits autour de boucles sinueuses qui s’arrêtent simplement. Ce sont des gribouillages ambiants discrets, assez agréables, mais aussi assez oubliables. « The Man On The Mountain « , quant à lui, est un récit parlé qui n’apporte rien au disque, si ce n’est un joli design sonore.

Les moments où il jette une pierre dans l’eau pour perturber le calme sont plus intéressants. Il n’y a rien d’aussi énergique que les scintillements de son dernier album, Human Voice (2014), mais « Whimsy » sonne comme le genre d’expérience électronique austère que l’on pourrait trouver sur un 33 tours usé d’une bibliothèque musicale oubliée des années 1970, tandis que « Hard Weather » clôt le disque sur des synthés planants dignes de M83.

The Seas Trees See est le premier des deux albums de Dntel cette année, le second, Away, étant censé être plus influencé par la pop. Le second, Away, est réputé plus pop. Il plaira probablement aux fans du travail de Tamborello avec The Postal Service et risque de faire de l’ombre à cet album. Ce serait un peu dommage. C’est un peu déglingué par endroits, mais c’est un aperçu large, évocateur et jamais moins intriguant du carnet de croquis du producteur.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :