Bobby Gillespie and Jehnny Beth: « Utopian Ashes »

Bobby Gillespie et Jehnny Beth. Un couple étrange sur le papier, l’un étant un ancien du monde du rock indépendant, l’autre une icône du post-punk abrasif. On ne s’attend pas à ce qu’ils collaborent un jour, et encore moins à ce qu’ils collaborent sur un album complet de ballades inspirées de la country. Sur Utopian Ashes, c’est pourtant ce qu’ils ont fait.

Gillespie et Beth partagent une vigueur commune, un manifeste mutuel pour ne jamais rester stagnant sur le plan créatif. Avec leur album en collaboration, Utopian Ashes, les stars de Primal Scream et Savages créent un paysage aride fait de tumbleweed et de bagages émotionnels, et vous invitent à entrer dans leur monde.

Avec ses cordes florissantes et ses accents dramatiques, le morceau d’ouverture « Chase It Down » fait écho à l’ouverture cinématographique d’un western spaghetti, alors que Beth et Gillespie racontent l’effondrement désordonné de la relation des protagonistes. Gillespie répète « I don’t love you anymore » dans le climax, mais à qui ce personnage doit-il le prouver ? Utopian Ashes n’hésite pas à évoquer les complexités de la rupture, comme le titre «  English Town » » de Tom Waits, qui évoque un désir d’évasion futile. « Remember We Were Lovers « , de son côté, marie des harmonies béates à des touches moroses, offrant une thèse désespérée sur la nature de l’amour : « Nous sommes stupides et ingrats, nous n’apprendrons jamais » (we’re stupid and ungrateful, we’ll never ever learn)

L’album ne reste pas désespéré. « Your Heart Will Always Remain » est un rouleau infectieux qui reste doux et sincère au milieu des passages rocheux, et l’alchimie entre Gillespie et Beth scintillera sur « Stones of Silence ». Beth est enjouée et inhabituellement discrète, et bien que Gillespie n’ait jamais été le meilleur des chanteurs, sa voix douloureuse fait passer le désespoir des paroles. Dans « You Don’t Know What Love Is », le personnage de Gillespie se contredit fréquemment ; au début, il accuse l’amour d’être une maladie, mais il retourne la situation à sa partenaire en disant que, quel que soit l’amour, elle ne sait pas «e qu’est l’amour . C’est ce niveau d’écriture émotionnellement mature et stratifié qui élève Utopian Ashes en territoire vraiment passionnant, alors que Beth et Gillespie illustrent leur imagination à l’auditeur.

« Tu t’es transformé en quelqu’un que je ne connais pas » (You turned into someone I don’t know”) chante Beth sur le titre phare de l’album, « You Can Trust Me Now » », un morceau qui commence par une intro parlée de Gillespie et se termine par le même silence fantomatique que l’intro ; leur voix est obsédante dans cette musique country atmosphérique qui n’offre pas de solutions faciles. L’album raconte l’histoire de ceux que l’on croyait aimer et qui changent à cause de la lutte inévitable qui vient avec le vieillissement, ce qui amène Gillespie à conclure que cela nous brise le cœur dans « Living A Lie ». « Sans confiance, comment peut-il y avoir de l’amour ? » (Without trust, how can there be love?) murmure Beth, et bien que les accords de guitare enjoués et les harpes éthérées puissent dire le contraire, au, cune fin heureuse de livre de contes n’attend ce couple. 

Ce qui attend les personnages de Beth et de Gillespie à la fin est incertain. Ce dernier décrit « un vide de toute émotion, rien qui puisse faire frémir » (a void of all emotion, nothing left to thrill) sur le morceau « Sunk In Reverie », mais il n’y a pas de portes fermées. De même, toutes les portes sont ouvertes pour ces deux artistes ; ils n’ont jamais été cantonnés au punk ni aux remixes baggy de Weatherall, mais des visionnaires à part entière. Ensemble, ils s’accordent parfaitement. Peu importe ce qu’ils feront par la suite, et qu’ils fassent ou non un autre disque ensemble, cela reste à voir, mais avoir un effort de collaboration de ce calibre est un honneur qui nous est fait. C’est un album théâtral et vulnérable qui n’est peut-être pas facile à écouter, mais qui est tout simplement une expérience. L’un des plaisirs les plus inattendus de 2021, cela est chose certaine.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :