Scorn: « The Only Place »

Il est fascinant, lorsqu’on se penche sur l’histoire de la musique underground, de constater à quel point le premier line up de Napalm Death était important. Nicholas Bullen n’a pas seulement contribué au chant et à la basse, il a également produit de la musique dans le cadre de nombreux projets, dont un passage dans Scorn entre 1991 et 1995, et il est connu comme un compositeur d’electronica sombre. Justin Broadrick est sans doute le plus grand nom de la musique industrielle et extrême dont les projets en dehors de Godflesh constituent presque un article en soi, et il y a bien sûr Mick Harris.

Seul homme à avoir joué sur les deux faces du légendaire album Scum de Napalm Death, Harris est synonyme de musique extrême (grindcore en particulier), de blast beats et de réinvention. Après Napalm, il s’est forgé une carrière dans la musique électronique et ambiante, travaillant et côtoyant des noms comme James Plotkin, subvertissant constamment nos attentes en matière d’écoute et chevauchant les genres.

Après avoir passé près d’une décennie en hiatus, Scorn est revenu en 2019 avec le EP Feather et l’album Cafe Mor, sur lequel il a collaboré avec le chanteur des Sleaford Mods, Jason Williamson, mais n’a pas eu la possibilité de partir en tournée car 2020 était un feu de joie mondial.

Cependant, comme beaucoup, ce hiatus forcé a stimulé Harris dans une surmultiplication créative et, à 54 ans, il est toujours aussi passionné et enthousiaste pour la musique et s’est canalisé dans dix nouveaux morceaux qui mêlent le psychédélisme à l’obscurité, l’ambiance légère et aérienne et les rythmes profonds.

S’ouvrant sur la menace mécanique et froide de « Ends », l’album s’insinue insidieusement dans votre conscience, non pas avec un bang et un smash, mais avec un glissement et un sentiment de vertige alors que Harris construit l’introduction du battement de cœur comme le métronome de l’album. Chaque son incident qui s’ajoute couche par couche apporte un sentiment de malaise, ou d’anxiété, qui vous attire dans l’expérience, mais ne vous permet jamais de vous installer vraiment.

Par moments, on a l’impression d’être dans un Rubik’s Cube, où chaque tour fait apparaître une autre couleur côte à côte, et on se délecte presque du manque de déclarations tape-à-l’œil. Même le titre ostentatoire « French Field Middle Of Night » ressemble à un voyage en train solitaire à travers la campagne sombre ; le cliquetis rythmique des rails, les formes noires et vides et le reflet solitaire qui vous regarde. A bien des égards, c’est ce que c’est que d’écouter Scorn et c’est pourquoi cet album n’attire pas l’attention mais s’enfonce dans votre cerveau.

Cette dernière sortie est un rappel opportun de l’influence de Harris, beaucoup d’idées ici rappellent l’expérimentation audacieuse de l’album Evanescence en 1994, où il a établi le plan de sa carrière post Earache, en s’appuyant sur ce son de basse lourde mais en cherchant toujours à changer subtilement à chaque sortie et à faire avancer la musique. Il est difficile de ne pas entendre ces sons et innovations adoptés par des artistes comme Author et Punisher.

Chaque morceau joue avec les mêmes motifs, du presque ludique Mates Corner avec ses notes légères répétées, à la froideur mécanique de « Ends » et à la seconde moitié de « Tick » qui bannit le confort du rythme central de la basse en refusant de le laisser s’installer. Ce n’est pas un album que l’on peut isoler et disséquer, à l’exception de « Distortion », car ils partagent tous le même noyau, simplement tordus et poussés dans des directions différentes.

« At One Point » poursuit cette ambiance feutrée avec une variante différente du rythme de la batterie qui donne l’impression que la tension monte à mesure que le flux et le reflux du rythme s’intensifient ; urgent et quelque peu troublant dans sa simplicité répétitive, ce qui lui confère une expérience surréaliste qui pourrait se perdre dans la nature apparemment discrète de la musique. Le groove dub woozy sur « After Tasting » commence presque sans prétention avec le même battement de cœur, la même basse et les mêmes petits sons et bruits qui semblent apparaître et disparaître au fur et à mesure que le morceau grandit. Chaque aspect de The Only Place semble construit autour du même thème central, mais plus on écoute, plus chaque cycle ajoute des nuances de gris et de nouveaux sons intrusifs, mais subtils.

C’est quelque chose que Harris a perfectionné avec Scorn et qui est confirmé par ses travaux avec Plotkin et Broadrick, et par leurs propres projets, comme Palesketcher et le vaste portefeuille de remixes de Plotkin.

La patience est récompensée par le point culminant de la fin de l’album, la collaboration avec Keith Kool et Submerged, et le seul morceau à comporter des voix. En partie rap, en partie spoken word, en partie chant chamanique, « Distortion » est occupé et tourne les vis avant de libérer son mantra cathartique. Le chant est le centre d’intérêt évident, mais une fois encore, les rythmes dub sombres masquent une foule de sons accessoires qui accentuent et suivent le chant tout en capturant la peur et l’anxiété de la vie moderne. Venant à la fin de l’album, elle évoque le sentiment vers lequel Harris a essayé de vous orienter et possède une accroche mordante.

The Only Place est un album dans lequel il faut se perdre, sur lequel il faut se concentrer, plutôt que de l’écouter pour une satisfaction immédiate. En surface, cela semble simple, et la distance réelle parcourue au cours des morceaux semble parfois petite, mais comme pour les œuvres de Jesu, c’est dans le calme relatif de ces moments que l’on peut ressentir les détails et les couches de sons qui ont été utilisés dans les compositions.

Harris a toujours été un maître de l’expérimentation, un homme qui s’est toujours intéressé davantage à la création de sons et à l’élaboration d’idées qu’à l’écriture d’une chanson à fredonner sous la douche, et c’est pourquoi il est l’un des artistes les plus durables et les plus influents qui font encore de la musique aujourd’hui. C’est une personne singulière qui peut être créditée d’être l’ancêtre du blast beat et du dub step et par conséquent, un Scorn relancé, avec trois sorties depuis sa relance de 2019, montre que l’homme ne ralentit pas.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :