King Gizzard & The Lizard Wizard: « Butterfly 3000 »

King Gizzard & The Lizard Wizard n’est pas vraiment un groupe de rock psychédélique. C’est une étiquette utile et désinvolte pour un ensemble qui a une telle aversion pour le genre qu’il enveloppe chaque album d’un nouveau gimmick d’écriture de chansons, mais le garage-psych brut de leurs premières années est définitivement révolu. Leur dernier disque Butterfly 3000, est à la fois le plus proche et le plus éloigné d’un retour aux sources, puisqu’ils s’immergent dans les voix respirantes de la dream pop.

La partie « pop » de cette phrase est très importante. Avec leurs mélodies accrocheuses et leurs arpèges de synthétiseurs, les membres du groupe se rapprochent sur ce disque des pistes de danse. « 2.02 Killer Year » pourrait être extrait directement de la discographie de MGMT, et la transe « Blue Morpho » est probablement plus facile à vivre il y a 30 ans, sous l’effet de la MDMA, à l’Haçienda. Quant à «  Catching Smok », c’est un tube digne des radios, avec des chœurs et des lignes de synthétiseurs aussi séduisants que les précédentes guitares du groupe.

Mais plutôt que d’avoir l’impression d’un changement de direction brutal pour nos rockeurs australiens, ces ajouts pop s’intègrent parfaitement à leur son existant. Les arpèges en boucle se posent naturellement sur les rythmes cycliques de la batterie motorisée du groupe, et la pulsation implacable qui alimentait auparavant les méandres de la guitare se transforme en un groove persistant et vibrant.

Il n’y a pas que du changement. De nombreux motifs classiques du groupe apparaissent : des remplissages frénétiques de caisse claire et de tom, des glapissements occasionnels du chanteur Stu Mackenzie, et des taches de guitare wah surchargée dans l’outro menaçant de « Black Hot Soup ». Mais il y a une progression définie. Pas de musicalité, mais de bienséance. King Gizzard a réussi à faire passer son son de la fosse à la piste de danse, tout en se sentant tout à fait sincère dans l’esthétique de la fête d’été, les yeux écarquillés.

Curieusement, Butterfly 3000 ne brille pas par son mouvement mais par la précision de ses arrangements. Des guitares acoustiques entrecoupées sur des morceaux comme « Ya Love », des lignes de piano faciles sur « Interior People » et des harmonies vocales bien placées s’entremêlent avec des nappes de synthé pour former des couvertures sonores luxuriantes. Cela réaffirme que le groupe est à son meilleur lorsqu’il est dépouillé. En éliminant les couches d’overdubs de guitare qui saturaient leurs précédents disques, ils ont trouvé quelque chose de beaucoup moins abrasif, mais d’autant plus brut.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas quelques ratés. Les lignes de synthétiseurs en boucle ne tiennent pas debout toutes seules, et des titres comme « Shanghai » et « Dreams » s’épuisent sous une surface mélodique parfaitement agréable, mais décidément inintéressante. Cependant, lorsque King Gizzard s’adonne pleinement au groove, Butterfly 3000 est un véritable régal. Et ceci, retenons-le.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :