Anna Webber: « Idiom »

Il y a environ un an, beaucoup ont commencé à avoir une réaction pavlovienne à l’annonce d’une sortie d’Anna Webber : elle est , en effet,automatiquement placée dans la liste des « à écouter », quelle que soit sa forme. Récemment, ces formes ont été un enregistrement « live » brut (Rectangles), un big band codirigé (Both Are True) et un chamber-jazz complexe construit à partir de fragments de sons (Clockwise). À cela s’ajoutent deux enregistrements avec son Simple Trio, composé d’elle-même, de Matt Mitchell au piano et de John Hollenbeck à la batterie, ainsi que de nombreux projets parallèles.

Son approche compositionnelle sur Idiom est similaire à celle de Clockwise, et est centrée sur les techniques étendues générées par les bois. Comme l’indiquent les notes de pochette, il s’agit de « toute manière non traditionnelle de produire un son sur un instrument, y compris l’utilisation de multiphoniques, de doigtés alternatifs, de clics de touches, de notes soufflées et autres ». Avec de tels éléments de composition, Webber a entrepris de créer un continuum entre son vocabulaire de composition et d’improvisation, en orchestrant ces effets à travers l’ensemble, et en les appliquant à différents instruments [et] pour générer des accords et des gammes et, dans l’ensemble, a donné la licence d’utiliser d’autres sons naturels. En effet, Clockwise présentait « Idiom II », le premier titre à utiliser cette approche.

Mais sur ce double album, Webber explore pleinement son système Idiom, avec cinq nouveaux morceaux. Les quatre premières (« Idiom I, III, IV et V ») sont interprétées par son Simple Trio, tandis que « Idiom VI » est une suite de plus de 60 minutes pour grand ensemble. Et l’aspect le plus remarquable de cet enregistrement est peut-être le fait qu’il n’est pas nécessaire de connaître l’une ou l’autre de ces pièces pour pouvoir l’apprécier. Si la composition et l’improvisation transgenres complexes rendent votre cerveau heureux, Idiom est une écoute satisfaisante sans connaître son histoire d’origine.

Commençant par le début, l’album de pièces en trio démarre avec « Idiom I ». Cette offre comprend des lignes de flûte et de piano en spirale qui se transforment en thèmes et rythmes labyrinthiques déchiquetés avant de revenir sous diverses formes. Mitchell et Webber semblent avoir le même esprit, dans le sens où ils composent et interprètent tous deux un large éventail de musiques contrapuntiques denses qui naviguent avec grâce dans des styles intérieurs et extérieurs. Sans compter que Hollenbeck est le batteur parfaitement polyvalent dont un tel trio aurait besoin, sachant quand étirer les rythmes structurés de Webber.

Dès le premier morceau, on peut sentir la tension qui se dégage de l’écriture de Webber. Bien que mélodique par moments, elle s’empare de vos nerfs et de votre attention. Cela est illustré par Idiom III, qui présente un ensemble de drones de saxophone ponctués et discordants sur des rythmes tendus de piano et de batterie. Webber utilise ensuite ces structures pour développer des thèmes complexes et leurs variations, ainsi que des espaces pour les solos de Mitchell et d’elle-même. Mitchell se voit même confier la tâche d’un mini-concerto percussif en interlude avec Hollenbeck. Mais notre morceau préféré du trio est peut-être « Forgotten Best », le seul titre qui ne soit pas un « Idiom ». Il s’agit d’un véhicule permettant à Webber d’improviser sur la batterie propulsive de Hollenbeck et le piano exploratoire de Mitchell, et c’est peut-être les neuf minutes les plus faciles à écouter sur les deux albums. Facile étant est une notion relative, bien sûr.

Pour ce qui est des enregistrements d’ensemble, ils consistent en 6 mouvements et 4 interludes intitulés « Idiom VI. » Son ensemble comprend un certain nombre de musiciens connus et en devenir, dont Nathaniel Morgan (saxophone), Yuma Uesaka (saxophone et clarinette), Adam O’Farrill (trompette), David Byrd-Marrow (cors), Jacob Garchik (trombone), Erica Dicker (violon), Joanna Mattrey (alto), Mariel Roberts (violoncelle), Liz Kosack (synthétiseur), Nick Dunston (basse) et Satoshi Takeishi (batterie). Eric Wubbels dirige l’orchestre.

Webber utilise des sous-groupes de cet ensemble pour créer des drones superposés et des mélodies staccato. Ici, les techniques étendues sont plus claires et au premier plan, avec des souffles distordus et des synthés anguleux sur des rythmes martelés. Mais ces efforts s’égarent fréquemment dans des domaines qui relèveraient du classique du XXe siècle, par exemple, les textures respiratoires et grattantes de l’Interlude I. Mais le Mouvement II, qui suit, ressemble au jazz avec Webber à la flûte qui navigue à travers le jeu noueux de Dunston et Takeishi avant d’évoluer vers une structure semblable à une fugue. Le mouvement IV est décrit comme du jazz de chambre hautement arrangé, avec un violon anguleux qui gémit et s’élève. Il se transforme en une exposition pour le grattage des instruments de bas de gamme et des percussions scintillantes qui ont un aspect étrangement cinématographique. L’interlude 3 et le mouvement V sont plus ambiants par nature, avec des tons longs et des couches de drones avant d’éclater en un ensemble dense de solos simultanés sur des structures d’ensemble. Il va sans dire que le déballage des efforts de Webber prendra plusieurs écoutes… et probablement des années de calendrier.

À l’instar d’Anthony Braxton, Webber n’est pas seulement un compositeur ou un improvisateur. Elle conçoit ses propres systèmes musicaux à partir desquels des pièces peuvent être générées pour pratiquement n’importe quel nombre et combinaison d’instruments. Et le monde n’en est que plus riche. Idiom est un candidat facile à l’album de l’année.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :