Wolf Alice: « Blue Weekend »

Avec leur premier album, My Love Is Cool, Wolf Alice a réussi à capturer l’éclair dans une bouteille. Faisant écho au zeitgeist de la scène indé du milieu des années 2010, couverte de paillettes, tout en ayant le sérieux nécessaire pour impressionner les critiques de l’industrie, ils se sont toujours sentis comme des outsiders… mais tout juste. Aujourd’hui, Wolf Alice réapparaît pour son troisième album – un disque élogieux où la guitariste et chanteuse Ellie Rowsell assume son identité sans remettre en question le potentiel du groupe.

Mélangeant d’opulentes ballades au piano, un alt-rock effréné et d’élégants arrangements choraux, Blue Weekend conserve l’imprévisibilité sonore qui rend leur catalogue si époustouflant, sauf que les enjeux sont désormais incroyablement élevés. Qu’il s’agisse d’occuper ses pensées entre les couplets déséquilibrés de « Smile » ou de chantonner dans son registre grave sur « The Last Man On Earth », Rowsell personnalise Blue Weekend pour dépeindre la force et le réconfort dans la vulnérabilité.

Après avoir travaillé avec Markus Dravs, le producteur d’Arcade Fire et de Mumford & Sons, Wolf Alice a créé un son qui semble facile à écouter au début, mais qui se révèle ensuite être une véritable tourmente émotionnelle. C’est ce que l’on ressent sur le deuxième titre de Blue Weekend, « Delicious Things ». Ellie réfléchit à la vie à L.A. sur fond de mélodies expansives et de monologues internes chuchotés de son récit à la première personne avec des opportunistes sordides et des indulgences. Les yeux écarquillés, elle chante l’anxiété sociale et le mal du pays tout en étant naïvement hypnotisée par les opportunités : « Une fille comme moi, le croiriez-vous, je suis à Los Angeles » (A girl like me, would you believe, I’m in Los Angeles).

Plein de fioritures des années 80, « How Do I Make It OK » pimentera la voix de Rowsell d’un degré croissant de désespoir alors qu’elle braille à plusieurs reprises « Je veux juste que tu sois heureuse » (I just want you to be happt). Pourtant, malgré toute sa mélancolie, Blue Weekend n’est jamais pessimiste – l’instrumental se transforme en une séquence survoltée où Joff, Theo et Joel rivalisent pour se faire entendre avec juste ce qu’il faut de circonvolution.

Blue Weekend, complété par les morceaux jumeaux « The Beach » et « The Beach II », présente Wolf Alice comme on ne l’a jamais entendu auparavant : en donnant la priorité aux sentiments sur l’intensité musicale. Avec une simplicité retrouvée, les changements dynamiques s’articulent autour de voix sérieuses et d’une écriture mature pour produire non seulement une réussite sonore mais aussi une réussite émotionnelle intime.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :