T. Griffin: « The Proposal »

Depuis plus de vingt ans, T. Griffin, artiste originaire de Brooklyn, compose des musiques de films atmosphériques. À ce jour, il a une cinquantaine de partitions de longs métrages à son actif, ainsi que cinq albums solo et de nombreuses autres collaborations. Plus récemment, Griffin a fourni la bande-son de Boys State, lauréat du Grand Prix du Jury au festival Sundance 2020, et de Life, Animated, nominé aux Oscars.

The Proposal est sort en édition d’art limitée et fait office de musique originale pour le film éponyme de Jill Magid. Décrite comme « un docu-fiction sur le monde de l’art qui trace un chemin cryptique et méditatif autour de l’héritage de l’architecte mexicain Luis Barragán, soulevant au passage des questions de propriété intellectuelle, d’appropriation, de réification et d’obsession », la bande-son de The Proposal est capable de se suffire à elle-même, même lorsque l’imagerie du film est révoquée et complètement coupée.

La musique est de grande qualité en termes de composition et d’ingénierie, mais elle excelle également par la diversité de son instrumentation. Banjo sans frette, guitare, percussions, claviers, enregistrements de terrain et échantillons sont alignés et en parfaite symétrie avec l’instrumentation électronique. Ajoutez à cela un excellent casting de collaborateurs, tels que Matana Roberts, Jason Ajemian (Helado Negro, Jaimie Branch), Jim White (Xylouris White, The Dirty Three) et Sophie Trudeau (Godspeed You ! Black Emperor) et The Proposal est une bande originale très forte. L’ouverture ambiante est aussi légère qu’il est possible de l’être, mais un bombardement assourdissant de percussions est à portée de main et se transforme en un profond flirt avec le jazz.

Les blips électroniques du sonar de « Manufacture » assurent la stabilité alors que d’autres éléments électroniques vont et viennent, se déplaçant et se balançant dans des motifs ultra brillants et stroboscopiques et affichant toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. À ce stade (seulement trois pistes), la musique s’est déjà révélée être une étendue sans genre et diverse, capable de couleurs caméléon et d’éclairages effervescents. Barragán utilisait la couleur de manière intéressante et irrégulière, en accentuant la beauté de l’environnement naturel ; il considérait ses bâtiments comme des lieux de sérénité, des endroits pour évoquer des émotions et des sensations, et amplifier les expériences intérieures, les fantasmes et la nostalgie.

La diversité de la musique peut représenter les différents épisodes de la vie de Barragán, mais elle reflète aussi son architecture, ce qui explique la floraison et la flamboyance de ses couleurs musicales. L’expérience transparaît, car The Proposal est capable de passer d’une ambiance introvertie et feutrée à une guitare classique complexe et à une électronique saisissante. L’ensemble du disque est un équilibre entre ces éléments plus introspectifs et plus calmes et des moments plus extravertis et excités, mais les deux extrêmes sont des poussées d’expression passionnées. Lorsqu’ils sont combinés ensemble, vivant sous une même bande sonore, ils ajoutent tellement plus à sa musique et à sa vitalité. Comme son architecture, The Proposal déborde de vie.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :