GoGo Penguin: « GGP/RMX »

Un an après la sortie de leur cinquième album éponyme, le trio mancunien GoGo Penguin a réalisé une ambition de longue date en produisant un album de remixes. La simplicité du dispositif de GoGo Penguin fait partie intégrante de son charme : batterie, contrebasse, piano, rien de plus. C’est une riche fusion des genres jazz, classique et électronique, avec un son profond et complexe qui dément la nature analogique simple des instruments du groupe. Cette simplicité constitue peut-être la base parfaite pour une réimagination collaborative libre et gratuite.

« Signal In The Noise » est un morceau bruyant avec des couches et des couches de samples rabougris et d’interférences, qui ne portent que la plus faible essence du morceau original. Par moments, il est expansif et quelque peu désorientant, mais vers la fin, 808 State trouve une mélodie et la développe lentement sur le flux et le reflux du support texturé.

La reprise de Yosi Horikawa sur « Embers » est une intervention délicate. Reprenant le thème central du morceau, celui d’un feu qui se développe lentement, Horikawa ajoute des couches de crépitements et d’interférences pour exagérer la texture du morceau, un drone de basse donne du rythme au morceau et aide le rythme à se construire jusqu’au crescendo existant du morceau.

Sur « Atomised », Machinedrum transpose le piano arpégé caractéristique du morceau sur un synthétiseur délicieusement croustillant, conférant au morceau une atmosphère entièrement nouvelle. Quelques mesures plus loin, la percussion est redéployée sur une boîte à rythmes, le son boxy prenant le devant de la scène et plaçant instantanément le morceau dans le genre techno. C’est de loin le morceau le plus agréable à danser de l’album, exploitant les sensibilités électroniques qui sont enfouies dans le travail de GoGo Penguin

« F Maj Pixie » » comporte deux morceaux réimaginés sur ce disque, tous deux figurant sur le « single » remixé par Rone de «  F Maj Pixie » » sorti plus tôt cette année. Le remix de Rone tisse un joli paysage texturé, mais la mélodie originale en boucle du morceau se heurte au contexte qui se déploie lentement, créant une tension inconfortable. Le remix de « Squarepusher » est un peu plus réussi, s’appuyant à nouveau sur le crochet caractéristique de la composition originale avec une interaction de plus en plus déformée entre l’ancien et le nouveau.

« Don’t Go », de son côté, reçoit le traitement du Portico Quartet. Pour un groupe qui se sent si proche spirituellement de GoGo Penguin, il y a deux façons de procéder : soit un mariage parfait, soit une intervention à peine perceptible. Le résultat final penche pour la première solution ; un morceau accompli qui porte en lui une partie de l’essence plus électronique du travail de Portico Quartet sous le nom de Portico (une entreprise beaucoup plus numérique que leurs travaux précédents), ainsi que la forte narration musicale de GoGo Penguin. Il ne sonne pas non plus instinctivement comme l’un ou l’autre de ces groupes, mais devient plutôt plus que la somme de ses parties. 

Les projets de remix sont souvent présentés comme de simples adaptations prêtes pour le dancefloor, mais il s’agit ici de quelque chose de totalement différent. Les riches compositions de l’album sont réimaginées dans un vaste paysage sonore, les mélodies complexes et la progression musicale étant remplacées par une cacophonie de samples et de distorsions. Il ne s’agit pas d’un album plus rapide ou plus rythmé, mais plutôt d’une série de versions d’univers parallèles de la liste des morceaux, certaines excellentes, d’autres plus difficiles. 

C’est certainement dans l’esprit du jazz qu’une telle expérimentation et improvisation libre s’épanouit, et c’est vrai de ce projet, mais une partie de l’attrait hautement poli du son de GoGo Penguin est perdue au profit d’une expérience d’écoute plus expérimentale et parfois saisissante. Au moins, il s’agit d’un tremplin bien conçu vers un avenir passionnant pour un groupe qui, sans aucun doute, a encore beaucoup de tours dans son sac.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :