‘t Geruis: « Various Thoughts and Places »

Various Thoughts and Places est le premier album de ‘t Geruis, un opus dans lequel le musicien belge cherche à trouver la symétrie et l’équilibre entre la beauté et le brisé, et explore leur relation complexe. La mélancolie et la nostalgie – qui vont si souvent de pair – s’attardent dans les interstices entre la rupture et la beauté, et les deux se chevauchent fréquemment. Les musiciens ont toujours trouvé une inspiration créative dans ces sentiments, et le mot portugais saudade les résume bien, car aucun autre mot ne s’approche de la douleur persistante de la perte ou du changement. La saudade est un état émotionnel profond de nostalgie ou de mélancolie profonde pour quelque chose ou quelqu’un que l’on aime et que l’on chérit, tout en sachant que l’objet de cette nostalgie ne sera peut-être jamais retrouvé. Ce sentiment imprègne la musique de Various Thoughts and Places.

Les boucles sont recouvertes de bobines lâches, qui se déroulent, de sifflements et d’interférences légères, qui enveloppent la mélodie et sa phrase, mais le bruissement de fond apporte également une sorte de réconfort, enveloppant la musique comme une couche protectrice de coton. Les loops sont au fond de leurs propres pensées, y sont coincées, incapables de s’échapper et, parfois, semblant refléter les cavernes mal éclairées de la mémoire, se dégradant dans le processus, vieillissant en même temps que les minutes. Mais la beauté peut être vue dans la décrépitude, et il ne fait aucun doute que ces mélodies rouillées sont belles, la musique enfilant une fois de plus cette robe spéciale, regardant dans le miroir son sublime tissu de notes – légèrement usé et effiloché après toutes ces années, certes, mais toujours capable de contenir l’essence de ses souvenirs et de ses moments.

Peut-être s’agit-il d’endroits où nous sommes allés, de sentiments que nous avons ressentis ou de visions sur lesquelles nous avons posé les yeux. Ou peut-être, comme le fait souvent l’esprit, s’agit-il simplement d’une illusion… un faux souvenir, un embellissement du passé. Existant dans cette zone entre ce qui est réel et ce qui semble réel.

Certains de ses morceaux sont brisés, mais ils ne sont pas désœuvrés ou définitivement abattus. Elles essaient de réparer, de repousser et de récupérer une partie vitale d’elles-mêmes, une partie perdue avec le temps, l’âge ou brisée par une expérience négative. Sur « Where Birds Resonate », les sons résonnent comme des ailes, cherchant à reconstruire un nid brisé et à redresser une composition de pensées encombrées, tandis qu’une boucle mélodique régulière se déroule ; elle devient rythmique et mélodique, creusant plus profondément dans ses pensées pour se concentrer sur la tâche à accomplir. La plupart de ses mélodies sont recouvertes de saleté, s’élevant comme si elles sortaient d’une tombe à bande, ses mélodies émanant d’une bouche qui a oublié comment parler et d’une voix qui ne peut plus chanter. L’incohérence boueuse est une caractéristique importante de la musique. Elle tente désespérément de rappeler un souvenir essentiel ou l’image d’une personne longtemps désirée, et la lutte pour peindre une image précise est audible dans ses boucles tendues et en cage.

Au fur et à mesure qu’ils marchent, les boucles se divisent, changent légèrement avant de redevenir ce qu’elles étaient auparavant, mais il y a des lueurs de souvenir et du soleil qu’il peut apporter. La naissance et l’éventuelle décomposition constituent l’ordre des choses ; ce sont les choses les plus naturelles au monde. Certaines de ses boucles sont assez élégantes et gracieuses, avec la certitude que la beauté peut exister à tout moment. Il est rassurant de savoir que les souvenirs peuvent être stockés dans le cœur, et qu’ils peuvent fournir de la chaleur pendant une longue nuit. Mais rien n’est permanent. Bien que la boucle puisse essayer de s’accrocher, la décrépitude s’installe clairement. Les rides apparaissent, sa peau tonale s’affaisse, le gris de ses cheveux est de plus en plus présent. La musique, comme l’enveloppe mortelle du corps humain, doit finalement se plier à l’inévitable. Et la musique s’en accommode parfaitement.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :