Garcia Peoples: « Nightcap At Wits End »

Il y a une tempête qui se prépare en Amérique en ce moment – colère, passion, rébellion, inquiétude – on pourrait dire que c’est un pays au bord du précipice d’une révolution. On pourrait dire que l’industrie musicale, la communauté et le peuple américain sont vraiment à bout de souffle. Cette agitation renversée avec le tsunami de talents vient de Garcia Peoples sur Nightcap at Wits End. Plus qu’une simple séance d’écoute, il s’agit d’un espace psychédélique et lunatique et, si l’on boit leur potion magique, d’un portail vers un autre monde. C’est un espace à expérimenter, puis à revisiter et à savourer.

Il est difficile de ne pas aimer The Grateful Dead. À l’époque, les Dead étaient capables de construire une trame magistrale où tout semble s’entrelacer, tourner en spirale et s’entrecroiser – la morsure magique de la guitare de Garcia et le rythme chaotique de Weir, soutenus par l’un des jeux de basse les plus tonitruants de ce système solaire, de la voie lactée et au-delà. Garcia Peoples est un groupe du New Jersey qui semble avoir porté cette dévotion « Deadhead » à un tout autre niveau. Depuis leurs débuts jusqu’à la sortie de Cosmic Cash en 2018, on peut entendre Zappa, on peut entendre Jethro Tull, on peut même entendre les chuchotements de Jerry qui vous invitent à vous retourner vers une ombre technicolor plutôt menaçante. Pourtant, aussi évidente que soit l’influence, le lyrisme riche et réfléchi et les sentiments de nostalgie ont permis aux albums du groupe de briller.

Loin d’être unidimensionnel et d’être épinglé comme un tribute-come-fanclub, Garcia Peoples est passé de ses longs jams psychologiques en deux parties à quelque chose de bien plus complexe et intéressant. Cet album est un brûleur lent, qui s’impose à vous avec le temps. Il est vrai qu’il a été difficile d’y entrer au début pour deux raisons. 1. L’album est divisé en deux parties, les premières impressions étant que la première moitié est quelque peu concentrée et apprivoisée (mais la seconde prouve le contraire). 2. Une fois que vous aurez oublié le nom du groupe, même s’il s’agit d’une boutade des Beatles tirée d’une collection de Noël, vous serez conquis par la nuance passionnée du groupe. Il est clair que Garcia Peoples a grandi, évolué et absorbé les énergies d’une pléthore d’influences, sans se limiter au rayon rock et psychedelia.

Le premier titre, «  Gliding Through » , plante le décor par temps orageux : « How you gonna see the light/ When everything has gone awry?/ Trust the dream that’s in your mind/ I promise you we’ll be alright » (Comment vas-tu voir la lumière/ Quand tout va de travers ? Fais confiance au rêve qui est dans ton esprit/ Je te promets que tout ira bien). Nous avons ici l’élan et les thèmes imbriqués des sorties précédentes et nous avons le psyché-prog avec des tendances folkloriques et une contribution vocale discrète qui n’a pas l’intention de se montrer, mais plutôt de créer quelque chose qui est intéressant à écouter. Solennellement, sérieusement et sinueusement, nous entrons dans « Wasted Time » qui sonne comme un « Scarborough Fair » psychédélique avec sa flûte Jethro Tull et son piano délicat. Nous sommes revenus aux années 60, vocalement – c’est une livraison plus sombre. 

Les morceaux qui ont particulièrement attiré notre attention se trouvent dans la dernière moitié – l’approche jam plus sauvage. En un sens, ous avons un album à visage de Janus, avec une trajectoire allant des jams live aux enregistrements en studio, jusqu’à un véritable lâcher prise. Citons les traits de folk bluesy dans «  Painting a Vision That Carries », jusqu’à un « (Our Life Could Be Your Van) «  qui s’épanouit et s’épanouit dans un solo de guitare sérieusement interstellaire. Sur « Crown of Thought », nous avons des arpèges teintés de saveurs orientales qui s’arrêtent sur les freins pour revenir à la subtilité et à la légèreté. C’est là qu’intervient l’influence des Beatles, avec un vortex métallique de sons, de jingles, de carillons, à la manière de Revolver, sans oublier le mysticisme retentissant de George Harrison. Dans « A Reckoning », nous plongeons dans le folk rock bucolique britannique – les brillants accords de guitare modale qui nous prennent par la main en territoire pastoral, accompagnés d’interludes de Krautrock qui résument parfaitement le penchant du groupe pour l’expérimentation alchimique.  

Avec un tel arsenal d’influences, allant de Thin Lizzy et Dire Straits à Can et Caravan, il ne fait aucun doute qu’ils ont élargi leur champ d’action et Nightcap at Wits End est sans doute le meilleur album de Garcia Peoples à ce jour.  Il faut dire que leur influence prépondérante, The Grateful Dead, n’a jamais adapté son son au grand public, malgré des critiques et des réactions assez dures. Jerry Garcia a choisi d’adopter une éthique du « work hard, play later », que le groupe a clairement compris. Cette façon de penser a valu aux Grateful Dead une base de fans inconditionnels qui traversent les océans pour voir Jerry et son clan de marginaux. La dernière sortie de Garcia Peoples est ce à quoi ressemble la croissance sonore. Sans se contenter de faire écho aux maîtres du passé, Garcia Peoples offre à la fois l’intention d’affiner leur art et de nourrir leur chimie naturelle tout en maîtrisant une multitude de compétences. Loin de n’être qu’une simple bande de « Deadheads », Garcia Peoples est devenu un groupe à part entière et sera certainement à surveiller en 2021.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :