Vapour Theories: « Celestial Scuzz »

Les frères Gibbons sont de retour avec un nouvel album, mais ce ne sont probablement pas ceux auxquels vous pensez. John et son frère Michael ne viennent pas du Texas, mais de quelque part en Pennsylvanie. Lorsque les frères s’éloignent de temps en temps de leur travail à plein temps qui consiste à créer un chaos psychédélique dans le groupe culte Bardo Pond, ils n’aiment rien de plus que de créer encore plus de chaos psychédélique sous le nom de Vapour Theories. Et, à l’instar des chemtrails auxquels leur nom fait allusion, ces cinq morceaux de heavy psych qui se tiennent précairement en l’air, évoquent les retombées troposphériques empoisonnées d’un titan de l’aéronautique qui passe.

La pochette de l’album, un mur tourbillonnant de tuiles caustiques dans des ors et des verts boueux, fait référence à la face avant de E2-E4 de Manuel Gottsching, si cette fascinante déclamation krautrock avait été traînée à l’envers dans une haie hérissée. Et c’est un résumé assez juste du son incarné sur les 13 minutes d’ouverture d’ « Unoccupied Blues ». De lentes résonances de basse en écho planent tandis qu’une guitare singulièrement pragmatique égrène un solo foudroyant. Découpé à partir de milliers d’heures d’enregistrements de répétitions, c’est une première manifestation intrigante, humble et absorbante de leur esthétique floue habituelle. Toujours sur le point d’exploser, il se contente de s’éroder avec un abandon éphémère avant de se dissiper dans l’air.

Des grattements acoustiques sonores marquent le début du morceau suivant, « High Treason », tiré d’un modèle similaire, tandis que des cordes chaudement pincées fredonnent et que des rubans de bande magnétique inversée se rétroagissent sur eux-mêmes, exposant la dépendance caractéristique du duo aux riches textures prophétiques et sa dévotion à l’éternel balancement de la pédale de sustain. L’expérience qui en résulte est un continuum de l’humeur et du rythme mesuré de la première piste, s’approchant d’un état presque tantrique alors que les Gibbons travaillent à l’unisson pour fournir une couche reconstituée de souplesse physiologique mouchetée de folk.

Privilégiant une cohésion déterminée à un chahut débridé, vous abordez le reste de l’album sur une trajectoire ascendante de nirvana auditif. Par la suite, l’agitation provoquée par « Breaking Down (The Portals Of Hell) » donne à l’album une impression de densité et d’étroitesse, le bourdonnement incessant étant contrebalancé par des spasmes rythmiques de sons libres. Ses atmosphères embrassent un air de malaise pernicieux, dénué de compassion, après les propositions intimes des 20 minutes précédentes. Le shoegaze en fusion s’effrite, presque inaudible sous sa tonalité obscure, et laisse apparaître une sensibilité ambiante qui renvoie à l’œuvre de Brian Eno, un artiste qu’ils sont souvent amenés à interpréter.

Après s’être attaqués à Here Come The Warm Jets et Music’s In Every Dream Home A Heartache tout en liant dans le Bardo, ils s’attaquent ici aux possibilités mythiques de « The Big Ship », tiré de l’album solo Another Green World d’Eno (1975). Constamment utilisé pour souligner les reprises émotionnelles enflées dans les films indépendants modernes, c’est un morceau de musique aussi inextricablement lié au pathos des grands écrans que « On The Nature Of Daylight » de Max Richter. En ajoutant des couches de perturbations spontanées pour oblitérer sa base sonore reconnaissable, les frères y convergent dynamiquement en opposition, produisant collectivement quelque chose d’invinciblement fort qui conserve le sens corporel de la profondeur de l’original.

Enfin, pour conclure, il y a « Soul Encounters », un morceau économique sur le plan textuel, dont le cadre minimaliste se rompt de manière articulée au cours des deux minutes, dispersant des incantations floues dans le ciel. Combinaison animée de rock ancestral et d’ambiance démonstrative, Celestial Scuzz offre de nouvelles directions dans l’abstraction et devrait inconditionnellement éveiller la curiosité de toute personne intéressée par l’écoute profonde.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :