Art d’Ecco: « In Standard Definition »

Il semble que le genre glam-rock s’éteigne lentement depuis quelques années, ce qui est bien dommage car il s’agit de l’un des domaines musicaux les plus uniques et qui offre tant de possibilités. Bien que le son ne soit plus aussi populaire qu’il l’était, le musicien et auteur-compositeur canadien Art d’Ecco a pour objectif de le revitaliser et de lui redonner sa gloire d’antan.

Il est intéressant de noter que d’Ecco n’a pas toujours été le glam-rockeur que l’on connaît aujourd’hui. À ses débuts, il avait un son soft-rock plus traditionnel. On peut l’entendre sur son album Day Fevers de 2016, mais d’Ecco a vite senti que cela ne correspondait pas au mieux à son style musical. C’est donc en 2018 qu’il a finalement décidé de secouer drastiquement les choses au niveau de son son. Se débarrassant du look standard de monsieur tout le monde, optant plutôt pour un accoutrement à la Rocky Horror Picture Show, et changeant son son pour se rapprocher de David Bowie et David Byrne, il sort Trespasser, qui est une amélioration monumentale de son précédent album.

Cela fait deux ans et demi que nous n’avons pas entendu d’Ecco chanter, mais heureusement, il est de retour et meilleur que jamais sur In Standard Definition, qui s’avère être une brillante démonstration de sa voix unique, de son talent impressionnant d’auteur-compositeur et d’instrumentaux qui sonnent transformés et purement hypnotiques.

L’album s’ouvre en fanfare avec « Desires », un morceau méticuleusement conçu qui donne parfaitement le ton aux 11 autres à venir. On retrouve des éléments de synth-pop et d’alternatif dans « Desires », tandis que le battement régulier de la batterie et la guitare ravageuse font de cette chanson une attraction immédiate. Mais l’instrument le plus puissant de la chanson – et de l’album dans son ensemble – est la voix de d’Ecco, qui est plus audacieuse que tout autre instrument réel.

In Standard Definition passe merveilleusement d’un morceau à l’autre avec une facilité et une puissance extrêmes. « TV God », la deuxièmecomposition de l’album, parle d’un personnage plus grand que nature dont il faut se méfier, décrit comme « ce visage, sur le canal » (that face, on the channel). C’est un personnage dont l’identité ne nous est pas révélée, mais c’est un puzzle intéressant à reconstituer. L’album aborde les thèmes de la célébrité et de l’obsession de la culture pop sans être trop direct. L’un des meilleurs exemples de cette approche se trouve dans la chanson titre, lorsque d’Ecco dit « Nous allons voir un film d’époque / cinéma français avec le volume éteint » (We’re turning out to an old-time movie / French cinema with the volume off).

De temps en temps, nous avons droit à quelques interludes qui nous permettent de faire une pause avec les voix fougueuses, comme « Channel 7 (Pilot Season) », qui présente un instrument de synthétiseur sinistre qui sonne d’un autre monde et tellement bizarre. C’est une façon parfaite de décrire d’Ecco. Sa musique et sa présentation ne correspondent jamais à la norme, mais c’est ce qui le rend si génial et si fascinant à écouter. Presque toutes ses chansons ont un certain sens de l’émerveillement enfantin ; vous avez une idée générale de ce qui vous attend, mais vous n’êtes jamais tout à fait sûr de ce à quoi cela va ressembler exactement. C’est un magnifique mashup des styles étranges et exotiques des années 1980 mélangés aux meilleurs et plus prometteurs sons indie/alternatifs d’aujourd’hui. In Standard Definition sera peut-être un album trop bizarre pour certains, mais ceux qui sont curieux de savoir ce que d’Ecco a à offrir devraient absolument se lancer dans cette expérience musicale loufoque.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :