The Manchester Orchestra: « The Million Masks of Gold »

Le sixième album de Manchester Orchestra, un quatuor alt/rock d’Atlanta, ressemble à l’aboutissement de leurs 15 années d’enregistrement, réunissant leurs inclinations rock à guitare du début avec la profondeur de composition orchestrée qui est venue plus tard. L’album A Black Mile to the Surface, sorti en 2017, adopte une approche cinématographique et narrative, inspirée par l’expérience des membres fondateurs et principaux auteurs-compositeurs Andy Hull et Robert McDowell, qui ont créé la bande originale du film Swiss Army Man. Dans les années qui ont suivi, le duo a non seulement ajouté une autre bande originale de film à son palmarès, mais a également produit l’album solo de Paris Jackson (la fille de Michael), et a sorti un album avec Kevin Devine sous le nom de Bad Books. Sans doute inspirés par l’arrivée d’enfants dans leur vie, Hull et McDowell s’inspirent, sur A Black Mile…, du cycle de la vie et de la mort et de toutes les questions de relation et de sens attachées à l’existence. Ici, sur The Million Masks of God, ils poussent plus loin ces questions existentielles sur le sens et le but de la vie, impactées par la mort du père de McDowell d’un cancer en 2019.

La trame de l’histoire découle des questions que l’on se pose lorsqu’on rencontre « l’ange de la mort » et que l’on doit faire le tri dans les événements de sa vie pour tenter de donner un sens à la vie elle-même. Les vidéos des deux premiers « singles » de l’album nous donnent des indices sur l’intrigue de l’album. Sur le rocker trépidant « Bed Head », une jeune fille divertit un fantôme, son ami invisible, autour de sa maison qui est hantée par cette présence persistante. Dans le rythme plus clair de « Keel Timing », un jeune garçon danse à travers la vie avec une partenaire choisie, leurs mouvements étant synchronisés jusqu’à ce qu’elle parte et que l’homme âgé reste seul sur sa chaise. Les paroles imaginent ces moments de connexion profonde dans une vie qui marquent un moment comme spécial, voire sacré. « Est-ce sacré ? » (Is it holy?) Confronté aux problèmes de la vie et de la mort, Hull chante des questions sur Dieu, le sens et l’au-delà, affirmant : « je ne veux plus retenir ma foi » ( I don’t want to hold back my faith anymore), ce qui lui donne du courage pour « Let It Storm ».

Compte tenu de l’histoire de l’album, il est logique que les morceaux les plus rock et les plus bruyants dominent la première moitié de l’album, mais sur « Telepath », alors que les questions deviennent plus réfléchies, on entend davantage de guitares acoustiques, de violoncelles et d’orchestrations, que l’on ressent plus fortement dans le flux et le reflux de « Let It Storm ». McDowell et Hull sont rejoints dans la création de la production luxuriante et texturée par Catherine Marks, avec qui ils avaient travaillé sur A Black Mile…, et le multi-instrumentaliste Ethan Gruska, qui avait travaillé sur la production des récents efforts de Fiona Apple et Phoebe Bridgers. La section rythmique du groupe est complétée par Tim Very à la batterie et Andy Prince à la basse, qui se montrent à la hauteur de l’événement dans la dynamique douce/fort de « Dinosau »r et les soubassements percussifs plus complexes de « Obstacle ».

Dans l’ensemble, The Million Masks of God réussit ce que le grand art a toujours fait face aux grands mystères de la vie, le ténor chaleureux de Hull et ses hurlements angoissés donnant une voix au chagrin et à la perte sans perdre de vue l’amour, la beauté et l’émerveillement devant le miracle de l’être lui-même. Les chansons, prises dans leur ensemble, pointent dans la direction du sacré sans tout gâcher en suggérant qu’il y a une seule vraie réponse aux questions de la vie. La musicalité luxuriante suggère une résolution affirmative, presque réconfortante, sans devenir moralisatrice ou résolue. La douce beauté de « Way Back » suggère qu’il est possible de se lier d’amitié avec les sentiments de perte sans se perdre soi-même, tandis que les vigoureux sons de guitare anguleux qui interrompent « The Internet », la conclusion de l’album, suggèrent que les mystères de la vie ne sont pas faciles à apprivoiser. La volonté du Manchester Orchestra de faire une musique qui reflète l’incertitude tempétueuse et le désir au cœur de l’existence consciente continue d’intriguer et d’inviter à l’engagement. Plongez-y, l’eau y est excellement bonne.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :