Todd Snider: « The Agnostic Church of Hope and Wonder »

Désormais, dans la pandémie qui a défini l’année 2020 et la première moitié de l’année 21, alors que la plupart d’entre nous travaillaient/étaient scolarisés à la maison, regardaient des séries télévisées à un rythme effréné et grignotaient sans fin pour apaiser le sentiment obsédant d’ennui, beaucoup de nos artistes préférés ont diffusé des concerts en direct sur Internet et, lorsque c’était possible, enregistré de nouveaux albums. Todd Snider a fait encore mieux en créant sa propre religion : The Agnostic Church of Hope and Wonder (L’église agnostique de l’espoir et de l’émerveillement), une excroissance de ses concerts réguliers du dimanche matin diffusés en direct. Cet album est son quatorzième enregistrement studio de matériel original, bien qu’il ait sorti de nombreux albums live et un album hommage à l’une de ses premières influences, Jerry Jeff Walker, l’un des premiers renégats de la country outlaw et l’auteur-compositeur qui nous a donné « Mr Bojangles ».

Alors que Snider s’est promené de-ci de-là dans le spectre des auteurs-compositeurs-interprètes, touchant à la plupart des bases de l’Americana, à savoir le folk, l’alt-country et le roots rock quand cela lui convenait, ce sont ses paroles intelligentes, souvent très drôles, qui lui confèrent ses qualités les plus attachantes et mémorables. Sur Agnostic Church, Snider explore une musique plus funky, plus gospel, tout en conservant son phrasé vocal unique. Dans « The Get Together », l’un des noms qu’il a donné à ses émissions en direct du dimanche matin avant de choisir le titre actuel de l’album, Snider admet avoir « réfléchi au sens de l’existence, et je suis presque sûr que ce n’est pas ça », et avoir continué à « explorer la nature de l’être jusqu’à ce qu’il en atteigne le cœur », mais l’illumination ne l’a réveillé que parce qu’il était désormais au chômage. Ainsi, le credo de Snider, si l’on peut dire, est pour les vrais agnostiques, c’est-à-dire ceux qui savent une chose vraie : qu’ils ne savent rien du tout. Confortablement installés dans leur ignorance, Snider et ses fidèles sont libres de se contenter d’être, de taper des mains, de chanter et de danser, et d’être, simplement être.

Si l’église agnostique a un autre sens de l’identité, « The Battle Hymn of the Album » suggère que c’est que tout le monde et toutes les espèces sont les bienvenus. La chanson adapte un rythme et une phrase de marche des soldats de l’Union, selon laquelle « le corps de John Brown est peut-être mort et parti, les soldats de John Brown marchent toujours », un hommage au héros abolitionniste (anti-esclavagiste). Sinon, tout le monde est invité à descendre pendant que Snider « prêche à la chorale de la maison de merde » sur « Stoner Yodel Number One ». Pour l’essentiel, la philosophie est que la vie est trop brève, alors ne perdez pas un instant, « Never Let a Day Go By », ne succombez pas aux divisions artificielles, vivez et laissez vivre.

Musicalement, l’ambiance est décontractée et funky, avec des voix qui appellent et répondent sur un groove profond et large, mais la légèreté sous-jacente est enracinée dans la conscience que la vie est comme la vieille blague que l’existence est douloureuse et difficile, et somme toute trop courte. Snider, comme le reste d’entre nous, a vu beaucoup de pertes l’année dernière. Walker est décédé en 2020, et le morceau d’ouverture, « Turn Me Loose (I’ll Never Be the Same) », provient d’un commentaire désinvolte qu’il a fait une fois pendant un concert. Snider fait un clin d’œil au colonel Bruce Hampton à la fin de cette chanson, suggérant que la phrase est quelque chose que les cow-boys de rodéo criaient quand ils étaient prêts à partir, avant de poser la question existentielle, « si la foi déplace les montagnes, que faut-il pour les laisser seules ? », une façon curieuse de demander pourquoi nous devons perdre nos héros, nos amis et nos proches. « Sail On, My Friend » est dédié à Jeff Austin, le leader du Yonder Mountain String Band récemment décédé, tandis que le décès de Neal Casal, qui jouait dans le groupe de Snider, Hard Working Americans, est ressenti tout au long de l’album.

Mais le plus touchant est l’hommage de Snider à son mentor, ancien directeur de label et influence majeure, le célèbre chanteur/compositeur John Prine. En rupture avec l’énergie funky présente partout ailleurs sur le disque, « Handsome John » est une ballade douce et simple au piano, où Snider admet « ne pas l’avoir connu aussi bien que je le dis à tout le monde », reconnaissant que l’on a pas besoin d’aller chercher pour trouver ses racines.

Toutes les bonnes choses ont une fin, même les plus louches, et dans « Agnostic Preacher’s Lament », Snider confesse que sa congrégation veut que Dieu, s’il existe, « réussisse tout ce qu’il essaie, vive pour toujours et ne meure jamais », si cela est possible. De plus, il les a peut-être trompés en leur promettant quelque chose qu’il ne peut pas leur offrir. C’est pourquoi Snider termine l’album avec « The Resignation vs. The Comeback », qui commence avec le bon révérend d’effaçant de la scène, pour découvrir que la rédemption peut lui offrir une seconde chance après tout. Snider réalise cet album génial et amusant avec l’aide de Robbie Crowell (Midland), et du multi-instrumentaliste Tchad Blake, mieux connu comme ingénieur du son. Quant à « Hope and Wonder » dans le titre de l’album, la musique entraînante et l’attitude désinvolte de Snider donnent le sentiment qu’il y a des choses dans la vie qui valent la peine d’être vécues, et bien qu’il ne puisse qu’affirmer avec certitude qu’il ne sait pas ce que personne d’autre ne sait vraiment.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :