Bishop/Rezaei: « Veil »

Le fondateur d’Opal Tapes, Stephen Bishop, et la virtuose de la platine disque zxpérimentaliste Mariam Rezaei rendent audible, sur Veil, la latence d’un monde devenu socialement éloigné

Selon une anecdote populaire, les premiers cinéphiles étaient plus fascinés par l’action en arrière-plan (poussière, feuilles et foule) que par ce qui se passait au premier plan. Les esprits étaient époustouflés par la capacité de la caméra à capturer ces mouvements accidentels. Ils étaient par exemple fascinés par l’action effrayante de la vapeur d’une locomotive plutôt que par ce qui se passait dans le train lui-même.

Nos oreilles empruntent un chemin similaire avec Veil de Stephen Bishop et Mariam Rezaei, en suivant l’étrange chorégraphie des sons dans leurs pistes chaotiques. Sur le morceau d’ouverture, « Voul », un orchestre se déploie doucement, d’une démarche titubante, tandis que des vrombissements et des drones planent au loin. Un zoom arrière et le morceau se construit élégamment jusqu’à un crescendo hyperactif, un zoom avant et il y a un univers de mouvements dans le mouvement. Le morceau-titre et « Abacus Core », quant à eux, évitent la progression plus linéaire de « Voul », les voix accélérées et ralenties se mêlant à un fouillis sonore qui grouille plutôt que de progresser.

Même lorsque Veil est le plus doux, sur « Bulgar Rose » et « The Land at Rest », le son semble se plier comme s’il était poussé par une force invisible. Menés par des pianos, des cuivres et des cordes, ces deux morceaux se rapprochent d’une vibration à la William Basinski, tout en conservant la même agitation agitée que le reste de l’album. Leurs profondeurs sombres donnent au cerveau un moment pour se calibrer loin du tumulte.

Bishop, fondateur d’Opal Tapes et créateur d’électronique industrielle brutale sous son nom de Basic House, et le platiniste Rezaei ont créé Veil par correspondance au cours des premières semaines de 2021. Les enregistrements des improvisations tactiles de Rezaei sur la platine ont été traduits en midi et utilisés par Bishop pour donner vie à des échantillons d’instruments orchestraux et autres sons. Le résultat se situe entre la musique concrète haut de gamme produite par le studio GRM et l’absurdité chaleureuse et artisanale émanant de l’underground britannique. La plupart des aspects les plus durs qui caractérisent le travail solo de Rezaei et Bishop sont atténués, laissant une tapisserie vibrante mais froissée qui semble être sortie des flux réguliers de l’espace et du temps.

Il s’agit donc d’un autre album issu du Covid-19, mais alors que tant de musique expérimentale répondant à la pandémie a eu tendance à rester isolée, Rezaei et Bishop comblent le fossé social en inscrivant ce processus dans la musique elle-même. Parfois, on dirait presque qu’ils rendent audibles la latence et le décalage qui sont devenus une partie de plus en plus visible de nos vies. Veil cherche de nouvelles façons de fonctionner dans un monde post-Covid, post-Brexit. L’album lui-même semble représenter cet ajustement, un artefact remarquable de ces jours étranges où nous avons tous dû trouver de nouvelles façons de nous réapproprier nos existences.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :