Eydís Evensen: « Bylur »

Le premier album de la compositrice islandaise Eydís Evensen, Bylur, est sorti sur XXIM Records, le nouveau label de Sony dédié à la musique post-classique ets divers post-genres. Elle vient de la ville islandaise reculée de Blönduós, cadre qui a laissé son empreinte sur sa musique. Evensen a grandi en écoutant un large éventail de musiques, allant de Tchaïkovski à Led Zeppelin. Alors que les tempêtes faisaient rage à l’extérieur, elle trouvait la paix et la connexion dans la musique. Après avoir suivi une formation classique, ses projets de devenir pianiste professionnelle ont été mis en suspens lorsqu’elle a déménagé à New York pour poursuivre une carrière de mannequin. Mais malgré cela, le piano est resté l’amour de sa vie, et un piano n’était jamais loin de son côté. Bylur a été écrit en grande partie pendant cette période de sa vie.

Bylur signifie « tempête de neige » en islandais, et les notes du piano ressemblent à un tourbillon de neige. Chaque note est suspendue dans l’air blanc, quelques secondes avant de toucher le sol. Composé de treize pièces, auxquelles s’ajoutent des cordes, des cuivres et de l’électronique, Bylur est une évocation de la maison islandaise d’Evensen. Bien que New York soit à des milliers de kilomètres, le piano l’a ramenée une fois de plus, et sa musique douce et émouvante place la maison au centre de son cœur. Cela est également dû au fait que le disque a été enregistré et produit aux Greenhouse Studios de Reykjavik, ce qui confère à la musique la gravité de la nation et son essence.

Les tempêtes de neige peuvent être un sanctuaire magnifique et tranquille, mais elles peuvent aussi être synonymes de blizzards tourbillonnants, qui peuvent rendre les environs aveugles et empêcher de voir le reste du monde. La musique de Bylur est largement paisible et sereine, blottie à l’intérieur, son monde dans un état de quasi-silence alors que la neige continue de tomber. Le piano est capable de rester léger et agile, même en présence de cordes, qui, au lieu de peser sur le piano et d’ajouter une atmosphère plus lourde à la musique, aident en fait à soulever le piano plus haut, en inversant presque la chute de ses notes, comme si elles étaient prises dans une rafale soudaine, balayant ses flocons de neige vers le haut et les emmenant vers un autre endroit, inattendu. Sa musique est jouée avec amour et attention, ce qui est particulièrement évident lorsque les voix émergent sur « Midnight Moon ». Chantées en anglais, mais contenant toujours les profondeurs d’une tempête de neige islandaise, les voix s’intègrent parfaitement aux notes de ballet. Bien que la musique soit aussi froide que janvier, les notes légères sont capables d’offrir des lueurs d’un soleil plus chaud.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :