Alexandra Spence: « A Necessary Softness »

L’artiste Alexandra Spence, basée à Sydney, crée une cascade de mondes sonores interreliés avec sa nouvelle édition A Necessary Softness. Les ondes sonores s’enchaînent et se déphasent les unes par rapport aux autres, les enregistrements de terrain révélant un sentiment de dérive. C’est un disque ancré dans la performance et dans les gestes du corps. C’est aussi un disque où l’on sent et où l’on est senti, où l’on va vers le monde et où l’on veut permettre au monde d’aller vers soi.

Spence a une obsession quasi-spirituelle pour l’animation de la matière et de l’objet par le son. A Necessary Softness est ma tentative de retenir et de traduire par le son cette fascination pour la matière, l’objet et le lieu.

Il s’agit, dans cette démarche, d’imaginer le son comme un fil éphémère – se déroulant et reliant nos maisons isolées, nos objets, nos corps – se dégradant, changeant de forme et laissant des traces en cours de route. A Necessary Softness présente les paysages sonores changeants de lieux réels et imaginés ; des objets tactiles amplifiés pour fusionner avec des sons produits par des corps résonnants et des traitements numériques, s’effilochant lentement en un paysage ambient.

« tidewater » et « bell, fern » ont tous deux commencé et ont été inspirés par des lieux dans lesquels elle a résidé pendant une longue (Vancouver) ou une courte période (Hong Kong). Et les deux se sont développés à travers des performances présentées au cours des dernières années, en commençant par un set solo à Destroy Vancouver en avril 2016, en s’entrelaçant dans une performance à 20 ? à Hong Kong, en juin 2019, et en se solidifiant avec le lancement d’un album au Petersham Bowlo à Sydney, en août 2019.

A Necessary Softness se construit donc à partir de matériaux se répétant et se redisant, deux performances-compositions avec une synergie partagée. D’une certaine manière, « bell, fern » est né de « tidewate »r, explorant sa propre narration tout en partageant la structure de tidewater. Elles existent dans une sorte de forme parallèle/binaire et mon intention est que la cassette puisse être jouée dans les deux sens. La fragmentation numérique des pistes permet une approche plus modulaire – les chapitres d’une histoire peuvent être abordés à tout moment. A Necessary Softnesse, encore et encore, en hommage à la matière et au lieu.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :