Witch Coven: « Rorcal & Earthflesh »

Les albums collaboratifs dans l’underground reviennent tendance ; de l’excellent Thou & Emma Ruth Rundle, l’année dernière à la récente sortie de Bell Witch & Aeria Ruin, la fusion de styles souvent disparates de deux artistes pour créer quelque chose de nouveau a pris une vie propre pendant la pandémie. C’est dans cette optique que s’inscrit le prochain album du quintette de black metal doom Rircal, qui s’est associé à Earthflesh, son bassiste d’origine, pour produire les bruits les plus violents, abrasifs et horrifiants de sa carrière jusqu’à présent. 

L’ouverture presque chorale d' »Altars of Nothingness » fait penser à un service religieux, mais cela ne dure pas longtemps. Juste avant les trois minutes, les guitares font leur entrée, un son abrasif qui matraque et soumet avant que des cris surnaturels ne se fassent entendre. Leur placement plus bas dans le mixage permet de s’assurer que, plutôt que de détourner l’attention, ils complètent les coups déjà portés. Cela mène à des moments de larsen tourbillonnants et lugubres avant que le milieu du morceau ne commence à pousser la chanson vers des territoires plus black metal.

Alors que la première chanson « Altars of Nothingness » est plus doom bourdonnant, rampant et volontaire, « Happiness Sucks, So Do You » amplifie le black metal et crache sa haine sans discernement. Les voix rauques sont beaucoup plus présentes ainsi que les guitares trémolos qui sont dissonantes sans être complètement atonales, construisant une cage sonore inéluctable. Les premières minutes, surtout entre les deux premières minutes et les cinq premières minutes environ, sont d’une noirceur furieuse, avec des accalmies occasionnelles dans la tempête. Les blastbeats sont utilisés généreusement, accélérant le tout en un maelström tourbillonnant et glacial.

Ce ne sont que deux morceaux, mais Witch Coven, c’est trente minutes de terreur auditive pure. Chaque morceau dure environ quinze minutes et passe d’une ambiance menaçante à une terreur claustrophobe, et tout ce qui se trouve entre les deux. Il y a des passages de doom rampant comme au milieu d »‘Altars of Nothingness », avec parfois des hurlements désespérés dans le mixage pour créer une atmosphère sombre et oppressante. Ils côtoient une ambiance bourdonnante, notamment au début du morceau et au milieu de « Happiness Sucks, So Do You ». 

L’utilisation de la répétition et du bourdon, comme le milieu de la piste susmentionnée, est moins méditative et plus inquiétante. Il y a un sentiment profond et durable de malaise dans le feedback en boucle, les cris douloureux maintenus bas dans le mixage et l’atmosphère profondément troublante. Ce sentiment persiste pendant plusieurs minutes et, au lieu de devenir ennuyeux, il ne fait qu’accentuer la violence qui l’accompagne. 

En parlant de violence, des moments de black metal brut et furieux s’infiltrent également, la majeure partie du deuxième morceau « Happiness Sucks.. ». étant constituée d’un mur abrasif de givre et de misanthropie. Il est difficile de dire exactement où se termine Rorcal et où commence Earthflesh ; les deux groupes existent dans une symbiose presque parfaite, se complétant l’un l’autre et ajoutant de la profondeur et des dimensions supplémentaires d’extrémisme à la musique. 

Witch Coven est profondément expérimental dans son approche ; les passages répétitifs, les dissonances et le sentiment de claustrophobie qu’il dégage en font quelque chose de tout à fait unique, qui ne plaira certainement pas à tout le monde. Mais ceux qui osent braver les profondeurs profondément troublantes y trouveront certainement une expérience cathartique, à défaut d’être agréable au sens traditionnel du terme.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :