Postdata: « Twin Flames »

  • En tant que chanteur de Wintersleep, Paul Murphy, originaire de Halifax, a longtemps été la pièce maîtresse de chansons rock énergiques et épaisses. Mais, en tant que leader du groupe Postdata beaucoup plus cérébral, Murphy laisse tomber la grandiloquence et adopte une approche plus organique et réservée de la production. Sur Twin Flames, le troisième album de Postdata, l’ambiance naturelle et le lyrisme discret prennent leur envol, créant une expérience délicieusement désorientante. 

Malgré l’attrait évident et accessible de l’écriture de Murphy, il est difficile de cerner ce qui rend Twin Flames si spécial. Bien sûr, l’album s’étend sur plusieurs genres – « My Mind Won’t » comporte des synthés pulsés et en cascade, tandis que le rythme de « Nobody Knows » évoque des nuances distinctes du Faith de George Michael – mais il y a quelque chose de primordial dans les arrangements. Presque tous les morceaux sont structurés comme un mini-voyage, commençant modestement et aboutissant finalement à une explosion plus grande et plus profonde de l’instrumentation. Plus profondément, la plupart des chansons de l’album ont un ton résolument proche de la réalité. Bien qu’elles soient faussement plus expansives que la pop typique, les arrangements sont suffisamment accessibles pour ne pas effrayer les publics non familiers.

Même le titre de l’album, qui commence de manière plutôt terne, s’élève vers un plateau généreusement assaisonné. En fait, la complexité de la fin de la plupart des titres de l’album peut être assez étonnante ; lorsque la monotonie est attendue, la profondeur étonnante n’en est que plus poignante. 

Sur « Haunts », Murphy saupoudre l’ambiance brumeuse, une tonalité mystérieusement éclaboussante qui est revisitée pendant la section centrale de « Yours ». Ailleurs, « Kissing » transcende les structures pop typiques et s’envole avec un drame acoustique, tout comme le noble « Inside Out ». Comme le travail de Murphy avec Wintersleep, Twin Flames se lit comme une série de chansons d’amour superficielles, mais sonne comme une fusion bien construite et soigneusement stratifiée de divers instruments.

Le mérite en revient à l’équipe de soutien du disque, qui renforce la voix et l’expression intimes de Murphy. À ses côtés, Andy Monaghan de Frightened Rabbit et Tim D’Eon de Wintersleep font des apparitions, contribuant de manière solide mais discrète. En gros, Twin Flames va au-delà de l’évidence, tant sur le plan musical que narratif. Guidé par des mixes étagés et un lyrisme honnête, Postdata a, à toutes fins utiles, réussi à transporter toute oreille attentive vers un endroit rempli d’imagination et de fantaisie. S’il peut parfois s’égarer dans l’obscurité, il n’en demeure pas moins qu’il dégage du caractère et de l’individualité.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :