Lost Horizons: « In Quiet Moments »

Dans une interview accordée au média britannique Loud and Quiet en 2014, l’ex-propriétaire du label Cocteau Twins et Bella Union, Simon Raymonde, se souvient d’un simple voyage à New York pour obtenir un inhalateur pour son asthme, qui a donné lieu à un bilan de santé compliqué concluant qu’il aurait dû, à l’époque, être mort. Lles médecins se sont trompés car pisque, six ans plus tard, l’homme a surmonté une pandémie, enregistré un disque incroyable et signé autant d’artistes qu’il a pu faire entrer dans l’immeuble de bureaux de Bella Union.

Lost Horizons est le fruit de la collaboration entre Simon Raymonde et l’ancien membre de Dif Juz Richie Thomas, une relation qui remonte à l’époque où ils étaient frères d’armes au sein de l’emblématique label londonien 4AD, qui a accueilli Cocteau Twins et Dif Juz dans les années 80 et au début des années 90, dans le cas du premier. Cependant, ce n’est pas comme si le plan avait été mis en route à ce moment-là. En fait, les deux musiciens étaient en hiatus depuis 20 ans lorsqu’ils se sont retrouvés en 2017 pour la conception et la sortie du premier album de Lost Horizons, Ojalá. Avec un nouvel espoir dans la musique, fortement soutenus par le formidable roster de Bella Union, les deux ont commencé à poser les bases d’une suite. Le projet a connu son premier coup dur lorsque la mère de Raymonde est décédée, ce qui a fait de Lost Horizons un catalyseur de son chagrin. Seize titres instrumentaux sont écrits de manière improvisée et envoyés à une vaste sélection de chanteurs et de compositeurs, la plupart appartenant au label de Raymonde, qui feront partie de ce deuxième disque.

Le thème de In Quiet Moments a été fixé par la débâcle qu’a été 2020, l’année de Covid-19. En essayant de discerner les petits feux inébranlables qui alimentaient encore chaque cœur humain dans le monde, Raymonde et Thomas ont réalisé que si quelque chose de bon était sorti de la pandémie, c’était que, en général, tout le monde avait pris du recul et s’était arrêté pour contempler et réfléchir. C’est une partie des paroles écrites par le légendaire chanteur de Portland Ural Thomas, qui joue sur la chanson titre, qui a créé l’ambiance sombre mais contemplative des seize morceaux qui forment le deuxième recueil de chansons de Lost Horizons, et qui lui a également donné le titre nécessaire pour représenter cette idée.

Il faudrait beaucoup de temps et d’espace pour entrer dans le détail de chaque morceau de In Quiet Moments, et les points forts seront très probablement différents selon la personne qui se trouve de l’autre côté des enceintes. C’est pourquoi il faudra aborder brièvement la plupart des chansons incluses, en me concentrant sur celles qui, pour une raison ou une autre, peuvent le plus résonner en nous, tout en énumérant, sans ordre particulier, certains des noms qui ont contribué au deuxième album de Lost Horizons. Comme on peut s’y attendre, compte tenu du cursus de Raymonde et Thomas, la base de tous les morceaux et une bonne partie de l’écriture leur est revenue, Raymonde étant en charge de la basse, des guitares et des claviers et Thomas s’occupant de la batterie et, occasionnellement, des claviers et des parties de guitare supplémentaires. Avec Raymonde crédité comme seul producteur et Matt Colton derrière le mastering, l’album a été enregistré dans les studios Bella Union à l’est de Londres et il a été confié à quinze chanteurs différents et quelques musiciens supplémentaires pour lui donner les touches finales et définitives qui ont abouti à l’une des sorties les plus intéressantes de 2021 jusqu’à présent.

La première moitié deu disque sorti en décembre de l’année dernière, s’ouvre sur « Halcyon », un morceau lent et psychédélique, interprété par KookieLou et Jack Wolter, membres des Penelope Isles de Brighton. Peu après, l’album passe rapidement du psychédélisme au funk lo-fi de The Hempolics et à la remarquable performance vocale de Nubiya Brandon dans « I Woke Up With An Open Heart ». C’est un changement de rythme rapide et risqué, qui semble décousu au début, mais au fur et à mesure que le disque avance, on se rend compte que le lien entre eux est plus fort qu’il n’y paraît. Après deux pistes, certains détails commencent à faire surface : la production, qui laisse beaucoup d’air aux chanteurs pour respirer et briller, et l’instrumentation très subtile mais délicieuse de chaque piste de cet enregistrement. L’une de nos chmpositions préférées, la troisième, « Grey Tower », met en scène l’ex-Midlake Tim Smith qui offre l’une des performances les plus émouvantes de l’album. Elle est immédiatement suivie de « Linger », un morceau dark wave broyant et groovy mené par la voix de la sensationnelle Gemma Dunleavy de Dublin.

La première moitié de l’album comprend également des éléments tels que Dana Margolin du groupe post-punk Porridge Radio au chant et Paul Gregory, de Lanterns on the Lake, à la guitare dans « One For Regret », la chanteuse suédoise Kavi Kwai qui fait revivre l’esprit de Cocteau Twins avec « Every Beat That Passed », et John Grant, des Czars, croonant sur le lynchien « Cordelia » sur un arpège de guitare fantôme et les cordes de Fiona Brice (Gorillaz, Placebo) embrassant le morceau comme un manteau d’ombres.

La seconde moitié de In Quiet Moments, est également de très bon goût, avec le titre précédemment mentionné magnifiquement interprété par Ural Thomas, laissant place aux performances de l’auteur-compositeur écossais C Duncan sur  » »Circle » », de Ren Harvieu, nominé 2012 pour le BBC Sound, sur le cinématique «  Unraveling in Slow Motion » et de Laura Groves (alias Blue Roses) sur l’un des morceaux les plus doux de l’album, « Blue Soul », qui comprend également la guitare de Petur Hallgrimsson, musicien de session de Sigur Ros et Kylie Minogue. Lorsque « lutter » arrive, mené par la voix de Rosie Blair, chanteuse de l’école de ballet de Berlin, l’ambiance s’est profondément installée. La deuxième œuvre de Lost Horizons est fortement marquée par un sentiment mélancolique dont il est impossible de se défaire. Les notes de piano disparaissent dans la réverbération tandis que les cordes les guident aux côtés des belles mélodies de Blair, rappelant les compositions d’Akira Yamaoka pour la série Silent Hill. L’un des noms les plus populaires du label, la diva américaine du dark folk, Marissa Nadler, est présente sur « Marie », qu’elle transforme facilement en un morceau à part entière, Richie Thomas livrant également une performance magistrale à la batterie. L’album s’achève sur deux titres interconnectés, la pop onirique de « Heart of a Hummingbird », menée une fois de plus par la voix de Penelope Isles, KookieLou, suivie par le piano endeuillé qui mène « This is the Weather » » qui accompagne le dernier morceau, la voix toujours incroyable de Karen Peris, membre de The Innocence Mission.

In Quiet Moments rappelle un album qui a marqué une génération d’artistes pendant la seconde moitié des années 80, un projet connu sous le nom de This Mortal Coil introduit par un album intitulé It’ll End In Tears, qui a été inspiré par le directeur de 4AD, Ivo Watts-Russell, et auquel Raymonde a participé en tant que membre de Cocteau Twins, aux côtés de membres des Pixies et de Dead Can Dance pour n’en citer que quelques-uns. Après l’une des pires années de l’histoire moderne, Raymonde et Thomas ont rendu possible une célébration différente mais en même temps très similaire. Une célébration qui se réjouit de Bella Union et de sa magnifique liste d’artistes, et en plus, une célébration de la renaissance, de l’espoir, et un doux rappel que la musique traversera les ténèbres les plus épaisses pour vous retrouver de l’autre côté. Une pensée apaisante, bien nécessaire après les trop nombreux moments de calme de 2020.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :