Firefay and Alison O’Donnell: « The Travels of Janus »

Le domaine du folk est à la fois long et large, s’étendant sur des prairies ensoleillées et des bois sombres, capable de nourrir de nombreux affleurements, s’épanouissant loin de la vigne. Et c’est dans ces forêts sombres que réside ce joyau inattendu, aussi puissant que tout ce qui se trouve à la vue de tous. Ceux qui sont au courant le savent, cette libération n’est pas encore annoncée, mais les autres, prenez une torche et explorez.

A l’époque, Alison O’Donnell avait seize ans et a fait ses débuts avec Mellow Candle en 1972. Leur album solo, Swaddling Songs, a été très peu acclamé à l’époque, ce qui n’a pas été aidé par le budget promotionnel évasif du label Decca. Au fil des ans, l’album a acquis une vénération exponentielle, le vinyle original atteignant plus de 3 000 £ sur Discogs. Sans jamais faire sciemment un pas dans la bonne direction, avec moins de carrière et plus de contrainte, elle a continué à labourer son propre sillon, jouant dans des groupes tels que Flibbertibbet et Earthling, puis, dans les années 2000, dans un certain nombre d’autres projets, dont The Fabric of Folk de The Owl Service et United Bible Studies The Jonah , avec lequel elle a collaboré depuis.

Elle a fait ses preuves avec Firefay, le duo ayant produit un précédent disque,Anointed Queen, en 2014. Firefay se décrit comme un folk-noir et mélange avec brio une influence électrique et traditionnelle à la chanson française, avec une abondance de trompette et de violoncelle, et un penchant résolument païen. Les labels font généralement diversion, mais ils se situent quelque part entre le wyrd et le psych-folk. La voix d’O’Donnell, défiante et glorieusement non instruite, s’adapte à leur épineuse haie de sons, le couple étant plus fort que les parties.

Le projet démarre avec « Coming to London of Wily Will », une carte de visite qui montre déjà la rusticité de Shirley Collins et de l’Albion Band plutôt que les reproductions soignées de June Tabor et de l’Oysterband. Un jeu complexe de guitare et de cordes de bourdon fournit une base solide pour la voix de O’Donnell, la batterie de Neil Huxtable est un glorieux cliquetis. Between Two African Rivers » produit ensuite un mélange de style, le saxophone de Sue Lynch, nettement teinté de jazz, introduisant ce qui semble être un instrument, avant qu’O’Donnell n’entre en scène, après une minute, dans une ambiance plus douce, avec la guitare d’Adam Bulewski, leader de facto du groupe, auteur-compositeur, avec McDonnell, et arrangeur musical, ajoutant une continuité tonale.

Tout change, une fois de plus, dans les effets chargés de « Cosmic Harlequin », montrant, s’il y a le moindre doute, que cette combinaison n’est pas un poney à un tour. Des touches de romantisme nouveau rendent ici encore une fois l’inutilité du typage de genre, avec les réminiscences rétro d’un synthé analogique. Écoutez un peu et vous serez accro.

O’Donnell s’accompagne en omnichord pour la triste « Blue Eyed Girl in Belsize Park », avec un violoncelle solitaire qui se tisse autour de la voix, avec l’aimable autorisation de Fraser Parry, et qui se prolonge dans une coda instrumentale d’une certaine beauté.

En se demandant ce qu’ils pourront bien produire ensuite, « My Lady’s Dompe », l’un des deux morceaux live, offre une gavotte gauloise pleine d’entrain, avec la première apparition complète de la trompette, haut dans le mélange et triomphante. Presque instrumentale, elle suit la trompette et un clavier de la Renaissance, la basse monte et descend dans une section centrale, avant que les guitares de surf ne reviennent, la trompette rejoignant ensuite, cette fois dans une ambiance mariachi, échangeant des coups de lèche avec, enfin, le scat sans paroles effervescent de O’Donnell ; une performance exaltante.

Une rafale de percussions qui cliquetisent et s’entrechoquent introduit « Child of Knife and Fist » , qui devient progressivement tribal, se terminant au moment où vous commencez à l’obtenir. Tout aussi étrange, et tout aussi hypnotique, est « Shining Crystal Meadow », une autre expérience mystique de notes répétées et d’effets de synthétiseur et de sitar plus fantomatiques. Ajoutez à cela un troisième morceau, la presque mais pas tout à fait motrice de « A Cyclical Thing », conduite par des violoncelles sciés, et ce sont là les propositions les plus extravagantes, à la fois psychédéliques et empreintes de hantise.

En revanche, « Rocks on a Beaten Path » propose une mélodie germanique, avec une guitare et des violoncelles surmontés, et une seconde mélodie qui la traverse, le son de battements de cœur sautés, avec justesse, car c’est de cela qu’il s’agit. Cette sensation teutonique est amplifiée dans le deuxième morceau live, une reprise de « Frozen Warnings » de Nico. Le son est en fait plus chaud que l’original et les paroles, le tout soutenu par un maelström contrôlé de bourdonnements et de réactions. Avec un coup d’envoi soudain pour les deux derniers tiers, une guitare et une trompette jouées par-dessus le violoncelle, O’Donnell est au plus fort de son angoisse, le gémissement suppliant d’une bique. Le morceau le plus long, et le plus final, à huit minutes, je peux imaginer qu’il dure beaucoup plus longtemps et qu’il le veuille.

Un ensemble d’une puissance intrigante, avec une utilisation saisissante de l’instrumentation, où la voix est à la fois intégrale et complémentaire à la palette de timbres sonores aux multiples facettes. Ils ne sont certainement pas dans le courant dominant, mais rangez ce flambeau, ils jouent aussi bien le jour que la nuit et ils vous invitent àembrasser le noir.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :