Madee: « Eternity Mingled With The Sea »

Bien que l’on savoute le fait que Ramón Rodríguez réussisse si bien sa carrière en tant que The New Raemon, on peut être encore plus heureux d’avoir un nouvel album de Madee entre les mains après une première tentative de réunion en 2014 doù était issu, un «  single » « Age Of Ruin » . Aujourd’hui, ces vieux amis, et une fois de plus, Antonio Postius (ex Mourn, Gyoza), qui remplace Lluís Cots à la batterie, décident d’enregistrer ce nouvel album ensemble.

Ce n’est pas que pendant cette période il n’y ait pas eu de bons groupes par ici, mais il serait difficile d’en trouver un avec une sensibilité aussi particulière que celle de Madee. Il faut aussi ajouter à la leur celle de Mark Swanson, poète et photographe américain, qu’ils ont rencontré par l’intermédiaire de Jeremy Enigk, qui est chargé d’écrire les paroles de ces douze nouvelles chansons. Ainsi Eternity Mingled With The Sea se révèle être un travail de collaboration dont tous les membres ont participé à sa composition, profitant de leur cofinement.

Cependant, malgré la distance physique entre Swanson et le groupe, et dans le temps, par rapport à leur précédent album,Antartica (2007), le présent opus sonne avecce soupçon de familiarité et de proximité qui sont immédiatement réconfortantes. On pourrait même dire que plus que jamais, le groupe s’est attaché à faire un album de chansons, dans lequel son indéniable talent pour tisser des arrangements intéressants est au service des mélodies.

Bien que dans l’ouverture « Caldera », puis dans « The Hunting Party », ils montrent l’élan de leurs débuts, la plupart des titres optent pour plus de retenue et d’élégance. Leur son relie l’héritage des grands noms des années 80 (U2, Peter Gabriel, Simple Minds, The Cure) et des années 90 (Sunny Day Real Estate, Elliott) dans des mid-tempos suggestifs où l’intensité ne se mesure pas en nombre de décibels. Des morceaux comme « Blanchard Avenue Blues », « The Way Home » ou « Night Of The New Moon » pnve petit quelque chose qui les rend si spéciaux qu’on ne peut que saluer un retour par la grande porte, même s’il faut espérer qu’ils n’auront pas besoin d’une autre pandémie pour se remettre ensemble.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :