Abe Anderson: « Seasick Lullaby »

Au cours des dernières années, Abe Anderson s’est fait un nom en tant que producteur de type « DIY » dans la région de Minneapolis, prêtant ses talents de producteur et son studio de garage à un grand nombre de groupes de Twin Cities. Il a notamment passé l’année 2020 à enregistrer en coulisses le trio indie emo de Minneapolis Thank You, I’m Sorry et à jouer dans son groupe pop punk festif, niiice. En dehors de ce travail de production exceptionnel, Anderson a également consacré du temps à une carrière solo florissante, qui a culminé avec la sortie de son premier album solo, Seasick Lullaby. 

Bien qu’Anderson joue déjà de nombreux rôles en tant que producteur, compositeur et musicien, Seasick Lullaby se distingue de ses autres projets, explorant un ensemble de nouveaux sons qu’Anderson fait siens. Libéré par la quarantaine pour explorer son style et aiguiser ses talents d’auteur-compositeur, Anderson a puisé dans la New Wave des années 80, le rock indie lo-fi, la pop de rêve et même le shoegaze pour ses débuts en solo. En conséquence, le disque est plus uni par l’humeur que par le style, ce qui donne parfois lieu à une écoute disjointe. Pourtant, Anderson présente également une gamme impressionnante, chaque chanson révélant de nouvelles dimensions à sa musique et de nouvelles facettes de son écriture. 

« Processional » ouvre la scène avec une ouverture instrumentale, marquée par des cuivres funèbres résonnants et une magnifique mélodie tout aussi émouvante que triste. Le morceau s’ouvre sur « Seasick Lullaby », qui flotte sur un lit de synthétiseurs luxuriants, tandis que les cuivres reviennent pour les pauses instrumentales avant que le morceau ne se transforme en solo de guitare, avant de se terminer par un changement de tonalité. Puis Anderson change à nouveau de tonalité avec la sensation de power pop insouciante de « Pushing Me Under ». La boîte à rythmes optimiste, les lignes de guitare scintillantes et le son léger de ce morceau se rapprochent de la pop indie et dynamique de Chris Farren, avec un soupçon de distorsion shoegaze en plus. 

Heureusement, Anderson réunit toujours ces styles avec une oreille attentive pour une mélodie irrésistible et une émotion sincère. Les sons de synthé New Wave de « On and Always » se marient brillamment avec un crochet de ver d’oreille et une batterie lourde, à la Phil Collins, tandis que « Ricky » brille avec un refrain entraînant et une ambiance indie rock revigorante. Le centre émotionnel de l’album se trouve dans « Love You More », le morceau le plus sincère du disque. Anderson rend hommage aux petits moments qui rendent une relation spéciale, en livrant à son tour le moment instrumental le plus dépouillé de l’album, associant le mélodisme New Wave des années 80 à des éclaboussures de sonorités de guitare indie. Enfin, il termine avec « You Don’t Have to Stay », un mélange parfaitement équilibré de percussions électroniques et d’instrumentation acoustique pour mener l’album à son terme. 

Anderson parcourt chaque morceau avec un sens de l’aventure très aiguisé, rebondissant entre les styles avec un œil curieux et une sensibilité mélodique toujours présente. Bien que la nature du disque ne définisse pas nécessairement un style individuel pour le travail solo d’Anderson, pris ensemble, ils indiquent un musicien et un compositeur d’une adaptabilité peu commune. Avec une telle diversité de sons dans sa boîte à outils, il n’est pas étonnant qu’Anderson soit devenu si connu sur sa scène locale. La façon caméléonienne dont Anderson habite les styles de Seasick Lullaby en fait un point d’orgue de cette première et sortie lo-fi de l’année, à même de nous prodiguer une écoute enrichissante.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :