Peter Broderick & David Allred: « What the Fog »

What the Fog est la deuxième sortie de la collaboration entre David Allred et Peter Broderick. Les compositions de cette sortie de 45 minutes du label Dauw sont extraites d’une bande-son d’un documentaire de 11 heures intitulé #monalisa qui montre une journée dans la vie du Louvre à Paris alors que les gens s’engagent dans l’art, la foule et la technologie – et dans cet ordre. Le film semble être un équilibre entre la reconnaissance de la déconnexion qui existe entre ceux qui font de l’art dans un espace commercial – une déconnexion qui semble encore plus exaspérée lorsque la technologie ajoute une autre couche de suppression. Mais c’est aussi une reconnaissance de ces moments de tranquillité et de partage de la connexion humaine à cause, et parfois en dépit de l’art, qui semble donner à l’espace sa signification. Musicalement, Allred et Broderick sont à la hauteur de la tâche d’élever le niveau narratif et émotionnel de cette expérience vécue.

What the Fog commence par une fin. Une fin presque lugubre, d’ailleurs. Là où le film semble être une bonne ouverture, nous faisant lentement entrer dans son monde, la musique semble être un outro tout aussi bien. « The Foghorn » s’ouvre avec de l’éther numérique, puis une trompette entre, jouant en quelque sorte comme un adieu militaire. Il y a une sorte de lamentation sur ces premières notes. Lentement, des vagues de distorsion ondulent sous le tout, laissant la mélodie de la trompette s’éloigner. Mais, lorsque le piano entre, un calme invitant et une réflexion commencent à s’installer. Et lorsque la trompette rejoint le piano, cette fois-ci, le morceau semble plus rudimentaire.

Le deuxième morceau, « Cloud Clearing », est lumineux et bref. L’œuvre de Broderick au piano nous invite à rester un peu plus loin dans ce lieu de calme.

« Stasis Oasis » sonne comme son titre – ornière et bûcheron. Mais ce contraste avec le morceau 2 montre comment Allred et Broderick peuvent rapidement frapper au cœur d’un moment et immerger l’auditeur. La pièce met en évidence une tension entre l’optimisme et la défaite.

« Sky Swamp » onduleta avec de lents coups de piano, sur une brume d’électronique éthérée. Les accords du piano jouent au ralenti, créant un suspense tout au long de la pièce – comme un métronome émotionnel, mesurant le sentiment à quelques bpm. Les synthés fleurissent au-dessus, comme s’ils attendaient que le signal se décale ou s’affaiblisse.

«  Crystal Flower » reviendra à certaines des tonalités de « Oasis Stasis ». Finalement, des traînées de vapeur de trompette flottent en arrière-plan tandis que des sons de science-fiction défilent – faisant presque allusion à la dynamique dystopique d’une foule immergée dans la technologie personnelle plutôt que dans l’art communautaire. Sur le plan sonore, l’œuvre semble être une nouvelle couche de la composition globale. Et la trompette, autrefois triste, semble plus vivante, presque prête à se transformer, mais elle est enfouie dans le fond comme si elle essayait de se frayer un chemin à travers le mirage de la déchéance technologique.

« Deep Dark » est aussi sombre qu’il y paraît. Profondément dans l’obscurité, avec à peine une lueur de lumière. On a l’impression qu’elle se consume presque entièrement.

« Shadow Diver » s’ouvrira dans un bain de distorsion circulant. Alors que le piano et la trompette entrent, l’espoir revient. Mais il avance lentement comme s’il était épuisé par tout ce qui l’a précédé. Les percussions entrent, s’installant dans un sillon – mais c’est un sillon hanté qui donne un sentiment de progrès face à l’épuisement.

Plus proche, « Outer Lands », avec de lentes nappes de synthés, l’album n’a jamais peur de jouer et de taquiner les tropes de science-fiction. Mais au fur et à mesure qu’il se déploie, il se transforme en une pièce au piano. Et à la fin, il n’y a rien d’autre qu’un piano solitaire pour mettre fin aux choses. C’est un album doux-amer – avec un espoir prudent mais en quelque sorte épuisé par le voyage.

Au total, What the Fog dure environ 45 minutes – un instantané du film dans son ensemble. Mais comme il s’agit d’un récit contenu en lui-même, il raconte une histoire complète avec un début, un milieu et une fin. C’est un voyage évocateur avec des couches qui inciteront l’auditeur à revenir, probablement plus immergé à chaque retour.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :