Architects: « For Those That Wish To Exist »

Imaginez que vous ayez passé près de deux décennies à payer votre dû dans les profondeurs de la scène underground metalcore britannique, pour ensuite vous élever en territoire inconnu et faire du heavy metal, au titre de tête d’affiche et dans le Top 20 britannique après la mort de votre principal auteur-compositeur et membre fondateur. Ce serait briser les carrières des groupe les plus valeureux.

Concernant Architects,le combo a vécu cette l’histoire, et sur leur premier album sans aucune implication de leur regretté guitariste et auteur-compositeur Tom Searle, ils se sont aventurés sur des chemins moins fréquentés, embrassant un pays industriel fait de synthétiseurs défaillants, de lo-fi solennel et d’hémorragies cérébrales qui saignent leurs racines heavy metal dans un opus qui est leur plus accessible à ce jour. 

For Those That Wish To Exist occupe le paysage sonore que Holy Hell n’a pas été assez confiant pour conquérir. « Discourse Is Dead » s’articuleainsi autour de l’ère Enter Shikari, tandis que le post-hardcore pulvérulent s’oppose à l’électronique véhémente et exaltante, tandis que « Mike from Royal Blood »- flirte de manière apoplectique avec l’ère Bring Me The Horizon, qui est autant un hymne en métal qu’un appel aux armes classiques. 

Dans le premier « single », « Animals » », ils s’aventurent dans une friche industrielle post-apocalyptique qui rappelle autant le synthpunk noise-rock de Health que l’hymne alt-pop extravagant ; pendant ce temps, le rêve lo-fi à cordes qui donne la chair de poule de « Dying Is Absolutely Safe » vous laissera en larmes. 

Alors que musicalement c’est un melting-pot d’influences sans fin, For Those That Wish To Exist est témoin du son d’aun combo naviguant dans un labyrinthe lyrique de boussoles mentales. Leur association de longue date avec les changements inspirés par les problèmes environnementaux croissants de notre planète est omniprésente ici, mais elle est imprégnée de concepts contradictoires, car ils se demandent si nous pouvons espérer pour notre génération ou nous enterrer dans le désespoir pour celles qui suivront. L’espoir est peut-être en train de se battre, mais il finit par céder la place au désespoir, comme le dit Carter dans « Black Lungs » : « Quand allons-nous arracher le monde aux fous et à leur or, et à leur putain d’alliance ? » (When will we wrestle the world from the fools and their gold, and their fucking covenant?).  ?Si Holy Hell était le nom d’un architecte qui a mis en lumière son histoire jusqu’à présent, « For Those That Wish To Exist » est son grand opus. C’est le son d’Architects qui gravit une fois de plus les échelons pour devenir les leaders du heavy metal britannique.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :