The Pretty Reckless: « Death By Rock And Roll »

Depuis plus de dix ans, tout cynisme que l’on aurait pu avoir à l’égard de la dévotion de Taylor Momsen pour la musique a depuis longtemps été jeté par la fenêtre la plus proche. Dans un monde qui semble de plus en plus favorable à un hard rock peu stimulant, The Pretty Reckless possède à la fois une chanteuse charismatique et un son moins facile à cerner que vous ne l’imaginez. En fait, chacun de leurs albums jusqu’à présent a été ressenti comme un pas en avant, et leur quatrième opus, Death By Rock And Roll, n’est pas différent.

Il faut garder à l’esprit que ce n’est absolument pas destiné aux fans de Cannibal Corpse. Comme pour des groupes comme Halestrom, The Pretty Reckless est un groupe traditionnel, qui compose des chansons simples avec des couplets, des refrains et des huit. La production est grande, brillante et coûteuse, et les chansons – quelques ratés mis à part – sont accrocheuses et anthemiques de telle manière qu’il est beaucoup plus difficile d’imaginer qu’elles soient interprétées dans une petite salle que dans une arène géante. Avec tout cela à l’esprit, Death By Rock And Roll n’est pas un album difficile à évaluer : soit vous serez un fan de hard rock audacieux, ambitieux et radiophonique, soit vous ne le serez pas. Heureusement, on y trouve plusieurs chansons vraiment géniales, qui ont toutes un charme désarmant.

Le morceau d’ouverture, qui donne le titre à l’album, est un bon point de départ, même s’il est un peu ringard et sans imagination au niveau des riffs. En revanche, « Only Love Can Save Me Now » est une chanson tout simplement géniale, avec de fortes nuances de solo façon Ozzy et quelques leads éclatants du guitariste Ben Phillips. Comme plusieurs autres morceaux, il met en évidence l’intelligence de l’éthique sonore de The Pretty Reckless, où de grandes mélodies et des riffs classiques sont en quelque sorte combinés pour créer quelque chose qui ne sonne jamais rétro, même en incluant la pédale à la mode Black Sabbathsur l’orgue qui éclate avec une grande exubérance pendant « My Bones ». Affichant un côté beaucoup plus dynamique, « 25 » est une ballade gothique obsédante, riche en cordes brumeuses, dotée d’un détour inattendu en milieu de chanson, d’un détour prog-pop et d’un chœur magnifiquement surchargé et grandiose. De même, « Got So High » et « Standing At The Wall » voient Momsen sur un mode réfléchi et semi-acoustique ; le premier sonne comme une sortie perdue de Mazzy Star alimentée par la lueur confortable de la ville moderne de Nashville, le second est un moment de puissance, plus léger dans l’air, rempli de cordes qui balaient. Les deux offrent un changement de rythme et de ton qui convient extrêmement bien au chanteur et au groupe, tout en détournant l’attention de moments moins mémorables et « rock-by-numbers »  comme « Witches Burn » et « Turning Gold ».

Pour conclure, avec une autre ballade solide de style américain (« Rock And Roll Heaven ») et le folk rock aéré de « Harley Darling », Death By Rock And Roll est un album difficile à détester. La voix de Momsen s’améliore de plus en plus, au moins la moitié de ces chansons se logent dans votre cerveau pendant des mois et, malgré leur caractère résolument mainstream, The Pretty Reckless ne ressemble vraiment à personne d’autre. Les légions d combos pratiquant un rock ennuyeux et frelaté feraient bien d’en prendre note.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :