Anna B Savage: « A Common Turn »

Avec le succès inattendu de son premier EP d’Anna B Savage a été frappée par des accusations syndrome d’imposture qui ont étouffé sa créativité. Il a fallu cinq ans à la musicienne londonienne pour reprendre confiance en elle et enregistrer un suivi qui examine franchement sa vie.

Pendant cette période, elle a suivi une thérapie, s’est échappée d’une relation toxique, a fait divers petits boulots et a déménagé deux fois à l’autre bout du monde. Ces expériences se traduisent à maintes reprises par une réflexion brutale sur soi-même qui navigue de manière diverse sur la sexualité féminine, le doute de soi et les propriétés curatives de la nature.

Les sujets sont si importants qu’elle décrit comment elle a « imprimé toutes les paroles, les a collées sur mon mur et a tracé des lignes entre chaque idée correspondante », pour s’assurer qu’elle avait couvert tous les thèmes qu’elle aspirait à aborder. Il serait erroné d’appeler A Common Turn un album conceptuel mais les morceaux montrent un sens du développement personnel.

Le disques’ouvre sur « A Steady Warmth », un demi-piste expérimental qui semble être fortement influencé par la production de William Doyle. Elle a pris contact avec l’artiste, qui avait auparavant enregistré sous le nom de East India Youth, après qu’il ait publié un post sur les médias sociaux demandant aux gens de le contacter s’ils voulaient enregistrer ensemble.

Sa touche habile introduit des éléments électroniques dans un album qui, autrement, aurait été un auteur-compositeur-interprète supérieur. La plupart des dix morceaux pourraient facilement être réalisés avec seulement la voix et la guitare acoustique, mais ici, on leur donne des synthés chatoyants et des beats industriels subtils. À la fois austère et mélodique, cette production apporte des textures et des tournures sonores inattendues. « Two » et « BedStuy » sont les points forts de cet amalgame, de tristes beats de club se faufilant par intermittence dans le mix.

Cette production moderne est le parfait contrepoids à son arrière-plan. Ses deux parents sont chanteurs classiques et elle a passé les anniversaires de son enfance au Royal Albert Hall, où ils étaient toujours programmés pour le bal de Bach. Son contralto très contrôlé aurait pu être tourné vers l’opéra, mais avec son sens inné du mélodrame, elle ressemble plutôt au style vocal d’Anohni.

Les arrangements sûrs et confiants sont également l’équilibre idéal au doute lyrique de soi. Ils sont encadrés par d’innombrables références à la culture pop. Pendant 50 minutes, elle écoute « Spice, then Funera » », écrit »une ligne sur le mug de la chouette Edwyn Collins et se masturbe en pensant à Tim Curry en lingerie du Rocky Horror Picture Show.

La fiabilité et l’humour de ces confessionnaux de chambre à coucher rendent le contenu explicite plus vulnérable que choquant. Le « single » « Chelsea Hotel #3″ » une réponse à la chanson « Chelsea Hotel #2 » de Leonard Cohen, aligne la croissance personnelle sur la libération sexuelle. Après avoir avoué qu’elle ne « sait pas comment me faire plaisir » (now how to please myself), elle achète une balle – une sorte de vibromasseur – et se promet qu’elle « apprendra à prendre soin de moi » (will learn to take care of myself).

Cette promesse est un moment important dans le parcours émotionnel de l’album. Elle commence avec une telle déconnexion et un tel engourdissement qu’elle admet sur « Corncrakes » qu’elle ne « ressent plus les choses aussi vivement qu’avant » (feel things as keenly as I used to). La profondeur de son désespoir est telle qu’elle est prête à « essayer n’importe quoi, j’achèterai n’importe quoi » pour se sentir mieux. A la fin de l’album, sur « One », elle n’est pas tout à fait guérie mais on reconnaît qu’elle a le contrôle. « Je veux être forte » (I want to be strong), répète-t-elle, sa guitare gonflant et gagnant la force personnelle qu’elle désire tant.

En luttant pour le contrôle de sa vie émotionnelle et physique, Savage crée un paysage aussi distinctif que celui d’Aldous Harding. Sur cette base, elle peut être assurée que ses craintes de créer un album médiocre – comme elle l’avoue sur « Dead Pursuits » – ne sont pas fondées. On peut seulement espérer que son succès mérité ne déclenche pas une autre période d’écriture réduite à une page blanche.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :